bijoux-anciens-113 – Les bijoux anciens des pays européens à monarchie

Les monarchies européennes et leurs bijoux anciens

L’histoire des bijoux anciens est passionnante, parsemée de légendes et anecdotes. Les joyaux des monarchies européennes possèdent un passé encore plus lointain. Ainsi, certains bijoux furent confectionnés par des rois qui régnaient mille ans auparavant, et qui reposent aujourd’hui dans des musées. D’autres sont toujours portés par les familles royales, transmis de génération en génération, parfois de royaume en royaume. Voici quelques bijoux anciens exceptionnels qui composent les joyaux des monarchies européennes.

CODE_HTML_IMAGE_1

CODE_HTML_IMAGE_2

Bijoux anciens : la couronne, symbole de la monarchie

À l’origine, la couronne symbolisait la domination et la souveraineté d’un roi ou d’une reine sur un royaume. Elle reflétait également la richesse et l’opulence, c’est pourquoi elle est généralement fabriquée et décorée avec des matières précieuses. 

La couronne de Saint-Édouard (Royaume-Uni)

Aujourd’hui, la plupart des bijoux anciens de la couronne britannique ne sont portés que lors des grands événements : couronnement, mariages, cérémonie d’ouverture du Parlement et banquets d’État. Le reste du temps, ils sont gardés et exposés au grand public à la tour de Londres. Conçue pour le couronnement de Charles II en 1661, la couronne de Saint-Édouard est l’objet le plus précieux de la collection royale. Elle contiendrait des bijoux de couronnes antérieures à 1649, date de la décapitation du roi Charles Ier d’Angleterre et de l’abolition temporaire de la monarchie. Elle pèse 2,3 kg d’or et de perles et est ornée de 444 pierres précieuses. Lourde, la couronne n’est utilisée qu’au moment du couronnement.

La couronne d’État impérial (Royaume-Uni)

Lors des préparatifs pour le couronnement de la reine Victoria, en 1838, celle-ci ordonna la confection d’une couronne royale moins lourde que la couronne Saint-Édouard. Fabriquée en or, elle représente la plus spectaculaire couronne de la monarchie britannique. Elle pèse environ un kilogramme et contient plus de 2 800 diamants, 17 saphirs, 11 émeraudes, quatre rubis et 269 perles. Parmi les saphirs se trouve celui d’Édouard le Confesseur, un roi du XIe siècle. Cela en fait le plus ancien objet de tous les bijoux de la famille royale britannique. La couronne d’État impérial fut également portée lors du couronnement de George VI en 1937, puis celui de la reine Elizabeth II en 1953.

La couronne de la reine Mère (Royaume-Uni)

Cette couronne date de 1937. Elle appartenait à la mère de la reine Elizabeth II, la reine consort Elizabeth Bowes-Lyon. La couronne comporte 2 800 diamants, dont le fameux diamant Koh-i-Noor. Provenant d’Inde, ce bijou de 105,60 carats appartint notamment à un prince moghol du XVe siècle, puis à un chah d’Iran du XVIIIe siècle. Ce dernier lui donna son nom, qui signifie « montagne de lumière ». La Compagnie des Indes orientales acquit le diamant en 1849 et la reine Victoria le fit polir pour le porter en broche. Selon une légende, le diamant porte bonheur à une femme et malheur à un homme.

La couronne du roi Erik XIV de Suède

Fabriquée à Stockholm en 1561, la couronne est conservée au sein d’un musée situé sous le palais royal de Stockholm, avec le reste des insignes royaux suédois. La couronne est toujours utilisée lors des cérémonies officielles. Décorée de feuilles d’or, de perles et de rubis, d’émeraudes et de diamants, elle a récemment subi une restauration pour retrouver son apparence d’origine.

La couronne impériale de Russie

Également appelée « Grande couronne impériale », elle symbolise la monarchie russe de 1762 jusqu’à son abolition en 1917. Elle a survécu à la révolution et est exposée à Moscou, au Kremlin. Ornée de 4 936 diamants disposés en motifs sur la couronne, elle contient également des perles et un grand spinelle rouge de 398 carats.

La couronne impériale du Saint-Empire romain germanique

Ce joyau dépasse les mille ans d’existence. La couronne impériale du Saint-Empire romain germanique fut utilisée du Xe siècle jusqu’à la dissolution de celui-ci en 1806. Les plaques en or de la couronne sont arcboutées et forment un octogone. Elle est constellée de perles et de 144 pierres précieuses (saphirs, émeraudes et améthystes). Ce bijou de collection a longuement voyagé lors de son existence, pour finir aujourd’hui au musée de la Hofburg de Vienne, en Autriche.

Les autres couronnes d’Europe

Les couronnes prestigieuses se sont succédé à travers les siècles et les nombreuses monarchies européennes. Parmi les plus emblématiques, figurent :

  • la couronne du Roi de Norvège, depuis 1818 ;
  • la sainte couronne de Hongrie, qui a couronné plus de 50 rois du XIIe siècle à 1916 ;
  • la couronne de Christian V (Danemark), aujourd’hui utilisée lors des funérailles de monarques ;
  • la couronne de l’empire d’Autriche, qui repose également au musée de la Hofburg de Vienne.

Le diadème : l’autre bijou royal par excellence

Certains souverains ne portent pas du tout de couronne. C’est le cas du roi de Belgique. Le roi des Pays-Bas, lui, n’est pas couronné et sa couronne ne comporte aucune matière précieuse. En revanche, les reines et princesses de toutes les monarchies d’Europe, actuelles ou passées portent des diadèmes, tous aussi splendides les uns que les autres.

Le diadème des neuf provinces (Belgique)

Le plus prestigieux des bijoux de la couronne belge est le diadème des neuf provinces. Porté par la reine des Belges, il représente l’unité du pays. Il fut offert par les Belges à la princesse Astrid de Suède lors de son mariage avec le prince Léopold de Belgique en 1926. La reine Fabiola, puis la reine Paola portèrent le diadème des neuf provinces durant leur règne, ainsi que la reine Mathilde aujourd’hui.

Le diadème des filles de Grande-Bretagne et d’Irlande

Ce diadème représentait la coiffe la plus fréquemment portée par la reine Elizabeth II. Le bijou apparaît même sur les pièces de monnaie britannique. À l’origine, la tiare appartenait à sa grand-mère Mary de Teck, épouse du roi George V (roi de 1910 à 1936).

Le diadème Stuart (Pays-Bas)

Le diadème Stuart fut porté pour la première fois par la reine Wilhelmina en 1898. Le bijou doit son nom au diamant Stuart de 39 carats qui lui sert de pièce maîtresse. Aujourd’hui, l’objet précieux est porté par la reine Maxima.

Le diadème d’émeraude de l’impératrice Joséphine (Norvège)

Bijou légendaire, le diadème provient de l’impératrice Joséphine, première épouse de Napoléon Bonaparte. Décoré d’émeraudes et de diamants, il fait partie d’une parure comprenant un collier, des boucles d’oreilles et deux broches. À la faveur du temps et des mariages successifs, le diadème d’émeraude est passé de France en Norvège. C’est la reine Sonja qui le porte actuellement.

La tiare « Fleur-de-Lys » de la reine Ena (Espagne)

Ce diadème symbolise le plus beau bijou de la collection de la famille royale espagnole. Il fut donné en cadeau de mariage par le roi d’Espagne Alfonso XIII à sa future reine, la princesse Victoria Eugénie de Battenburg, dit Ena, fille de la reine Victoria du Royaume-Uni. Surnommé « La Buena » (« la bonne »), le bijou ne peut être porté que par les reines d’Espagne. Les motifs en diamant de la fleur de lys sont les symboles des maisons royales espagnole et française des Bourbons.

Les autres diadèmes d’Europe

Impossible de citer tous les diadèmes importants d’Europe, tant les familles royales en possèdent. En voici quelques-uns à la renommée aussi importante que les bijoux précédemment énoncés :

  • le diadème en diamants de la reine Sophie Madeleine (fabriqué en 1746, appartient à la famille royale du Danemark) ;
  • le diadème Cartier Halo Scroll de la reine Elizabeth (1936, Royaume-Uni) ;
  • le diadème Bragance (1829, Brésil puis Suède) ;
  • le diadème Vladimir (1874, Russie puis Royaume-Uni).

Bijoux anciens : les objets précieux et originaux

Les joyaux des monarchies européennes anciennes et actuelles ne se limitent pas aux couronnes, diadèmes, parures et bagues emplies de pierres précieuses. Parmi les objets précieux figurent les sceptres, les éperons, les épées et les masses, qui symbolisent tous le pouvoir royal. Par exemple, le sceptre du souverain du Royaume-Uni, créé en 1685, contient un diamant Cullinan de 530 carats. L’orbe en or représente un globe surmonté par une croix, pour marquer la domination du monarque sur l’Église. Parfois, les joyaux sont plus originaux. La famille royale britannique possède ainsi une cuillère de couronnement ainsi qu’une ampoule pour conserver l’huile sainte. Elle détient également plusieurs salières, le sel étant considéré comme royal il y a plusieurs siècles. Tous ces objets sont fabriqués en or et datent des XIIe et XIVe siècles.

Nous vous recommandons ces autres pages :