bijoux-anciens-115 – Les bijoux anciens de créateur du XXe siècle – Art Déco et années 30

Les bijoux anciens des grands créateurs : la période Art déco

Le XXe siècle est marqué par plusieurs mouvements artistiques globaux. Ces styles ont franchi toutes les frontières, tous les arts et ont changé la vie quotidienne de nombreuses personnes. Si la première décennie a été imprégnée par l’Art nouveau — un style influencé par la nature et l’expression féminine, l’entre-deux-guerres est marquée par l’Art déco. En totale opposition avec l’Art nouveau, le mouvement Art déco naît quelques années avant la Première Guerre mondiale, connait son apogée en 1925, avant de s’éteindre à la fin des années 30.

Le monde de la joaillerie fut un des fers de lance de l’Art déco, au même titre que l’architecture ou la haute couture. Voici l’histoire des bijoux anciens de l’époque Art déco et celle des plus grands joailliers qui les ont conçus.

CODE_HTML_IMAGE_1

CODE_HTML_IMAGE_2

Mouvement Art déco dans joaillerie : origines et inspirations

À l’issue d’une Grande Guerre traumatisante, les sociétés occidentales ont connu de profondes transformations. La population recherche de nouveaux repères. Les hommes ne souhaitent qu’une chose : oublier les horreurs passées. Les femmes, elles, ont activement participé à l’effort de guerre. Elles n’imaginent pas un instant retrouver leur rôle d’avant 1914. Ce double besoin d’émancipation se traduit par la naissance des « Années folles », une période d’intense activité sociale, culturelle et artistique. La population de classe moyenne devient coquette et sort beaucoup, notamment pour danser le charleston.

Le mouvement Art déco débute timidement dans les années 1910, puis se nourrit des changements sociétaux d’après-guerre. Mais l’ère de l’Art déco débute officiellement en 1925, lors de l’Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes à Paris. Dans le domaine de la joaillerie, le mouvement garde quelques préceptes de la Belle Époque, avec l’utilisation du platine, des sautoirs en perles et des broches. Toutefois, les joailliers trouvent surtout leur inspiration dans les arts égyptien, africain ou indien, les grandes constructions (Empire State Building et du Chrysler Building), les formes géométriques du cubisme, le futurisme et le constructivisme.

Le style des bijoux anciens Art déco

Les bijoux Art déco se caractérisent par la simplification des traits, les formes géométriques et épurées, la symétrie. Les gemmes tendent également vers des formes simples. Les pierres précieuses sont rondes, rectangulaires ou en trapèzes. C’est à cette époque que la taille baguette et la taille de diamant rond sont inventées, de même que la technique du « Serti Mystérieux ». Breveté par la maison Van Cleef & Arpels, ce savoir-faire permet de sertir les pierres sans griffe ni métal apparent, donnant l’impression qu’elles tiennent toutes seules.

Les créateurs utilisent tout de même des techniques délicates qui requièrent un grand savoir-faire, comme le filigrane. Ce procédé consiste à entrelacer et souder de très fines lignes de métaux précieux, à la manière d’une dentelle.

Au début des années 1920, l’Art déco fait la part belle au noir et blanc. La platine remplace l’argent pour donner une finition éclatante et mettre en valeur la taille des diamants. D’autres métaux aux couleurs froides comme l’acier chromé et l’or gris tirent leur épingle du jeu.

Portée par l’Exposition coloniale de 1931, les grands joailliers amènent peu à peu de la couleur à leurs bijoux, notamment grâce aux pierres précieuses : rouge du rubis, vert de l’émeraude, bleu du saphir, etc. Le diamant taille ancienne, mais aussi le jade et le lapis-lazuli connaissent un grand succès.

Moins onéreuses, les pierres décoratives sont plébiscitées : onyx noir, cornaline, cristal de roche, etc. Enfin, de nouvelles matières comme l’ébène apparaissent, tout comme le corail et la nacre. Cette profusion de matériaux apporte une inspiration débordante aux joailliers, qui n’hésitent pas à créer des assemblages audacieux.

Les grands noms de la joaillerie Art déco, leurs plus fameux bijoux

Des années 1920 aux années 1930, de nombreux joailliers réputés s’engouffrent dans le mouvement Art déco. Avec les bagues, bracelets, colliers et pendentifs, de nouveaux accessoires apparaissent pour accompagner les changements de modes de vie. Ainsi, les bijoux de cheveux, la broche double-clip, l’épingle à jabot, les étuis émaillés à cigarettes, les poudriers de poche connaissent un franc succès.

Les bijoux anciens Art déco de la joaillerie Cartier

Fondée par Louis-François Cartier en 1847, la maison Cartier est une institution de grand renom. Elle rejoint le quartier de la place Vendôme dès le début du XXe siècle, puis des bijouteries ouvrent à Londres et New York durant les années 1910. Dès 1907, les lignes de Louis Cartier, petit-fils de Louis-François, tendent vers les formes géométriques d’avant-garde. Ses inspirations principales proviennent d’expositions de peintures cubiques, des représentations des ballets russes à Paris, de l’Égypte ancienne et des arts primaires africains.

La maison Cartier va remettre à l’honneur les couleurs fortes, en osant les combinaisons originales et les oppositions. Par exemple, la joaillerie n’hésite pas à marier le platine avec les couleurs vives, comme pour les bijoux « Tutti Frutti ». Cette collection, inspirée des bijoux des maharajahs indiens, se compose de bracelets, colliers ou boucles d’oreilles serties de pierres précieuses de toutes les couleurs sur une structure en platine. En avril 2020, un bijou Cartier Tutti Frutti a été vendu aux enchères plus de 1,34 million de dollars.

Les bijoux anciens de la maison Chanel

Gabrielle Chanel, créatrice de haute couture hors pair, débute dans la joaillerie en 1924, avec l’ouverture d’un atelier de bijoux fantaisie. Elle popularise notamment son fameux sautoir en perles, un bijou devenu iconique. En 1932, les producteurs de diamants les plus importants cherchent à relancer l’industrie joaillière après le krach de 1929. Ils contactent Gabrielle Chanel et lui procurent 20 millions de francs de diamants. Elle crée une collection de haute joaillerie, nommée « Bijoux de Diamants ». Plus que les pierres montées sur du platine, ce sont les lignes du dessin qui font le succès de la collection.

Les bijoux anciens de la joaillerie Van Cleef & Arpels

En 1906, Alfred Van Cleef et les frères Arpels fondent la maison Van Cleef & Arpels place Vendôme, à Paris. Dès 1923, la boutique lance des collections de bijoux Art déco et s’inspire des symboles de l’Égypte antique. La maison s’inspire également des cultures japonaise, chinoise et indienne.

Van Cleef & Arpels remporte le Grand Prix à l’Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes de 1925, avec son bracelet « Roses », serti d’émeraudes, de rubis et diamants. En 1935, la maison s’inspire des bijoux de pharaon avec la montre « Cadenas », une montre-bracelet à double chaîne serpent, dont le fermoir ressemble à un cadenas.

Parmi les autres bijoux phares de Van Cleef & Arpels, le bracelet Jarretière. Ce bijou se compose d’un motif en diamants tailles ronde et baguette, entourée d’une boucle sertie de rubis ovales. En 1937, l’actrice Marlène Dietrich l’acquiert. Elle le porte à de nombreuses reprises, notamment dans le film Le Grand Alibi (1950) d’Alfred Hitchcock.

Les bijoux Art déco du joaillier Jean Dunand

Jean Dunand figure parmi les plus grands créateurs Art déco. Artiste pluridisciplinaire, il est autant sculpteur, ébéniste que décorateur intérieur. Il s’essaye à la joaillerie dès le début des années 1920, avec notamment des modèles de montres à gousset. De nombreuses pièces de joaillerie vont suivre, notamment le collier et le bracelet Art déco « Girafe » en Oréum et laque porté par Joséphine Baker.

Les créations Art déco du joaillier Jean Fouquet

Fils d’un joaillier renommé pour ses créations Art nouveau, Jean Fouquet suit la même voie, en se spécialisant toutefois pour les bijoux Art déco. Passionné de constructivisme, de cubisme et de futurisme, Jean Fouquet crée des pièces d’avant garde à partir de matériaux originaux à l’époque : ébène, acier chromé, or gris, etc. Sa popularité est telle, que la ville de Paris lui demande de réaliser un bijou pour la princesse Marie-José de Belgique. Adepte des formes simples et géométriques, il emploie également de grosses pierres comme le jade ou l’aigue-marine.

Les bijoux Art déco de la joaillière Suzanne Belperron

Suzanne Belperron fut une des pionnières de la bijouterie Art déco. La créatrice allie formes imposantes, matériaux négligés à l’époque (calcédoine, quartz, cornaline, etc.) et maîtrise du design. Elle s’inspire notamment de l’architecture brutaliste, des cerisiers japonais ou des motifs tribaux. En revanche, elle s’avère moins adepte des formes géométriques, laissant les courbes et les volumes évoluer « naturellement ». Durant les années 1930, ses bijoux ont fait la une des plus grands magazines de mode, accompagnés des créations de grandes couturières comme Coco Chanel ou Elsa Schiaparelli.

La Grande Dépression de 1929 atténue peu à peu l’influence de l’Art déco sur la joaillerie. Son âge d’or touche à sa fin à l’aube de la Seconde Guerre mondiale, en 1939. Toutefois, le style Art déco reste assez intemporel et contemporain, plus de cent ans après sa naissance.

Nous vous recommandons ces autres pages :