bijoux-anciens-1245 – Les métiers joailliers et les étapes de fabrication des bijoux anciens

Tout savoir sur les métiers de la joaillerie et les étapes de fabrication de bijoux anciens

La fabrication de bijoux anciens sollicite une multitude de métiers de l’artisanat d’art. Ces métiers demandent une solide formation artistique et technique et représentent un savoir-faire unique. Les bijoux anciens, les matières et pierres qui les composent fascinent et nombreuses sont les personnes désirant s’acquérir de l’un de ces précieux bijoux. Ces pièces sont synonymes d’excellence et demandent souvent de dépenser des montants conséquents. Mais la réalisation de ce type de bijou nécessite des centaines d’heures de recherche et de travail, représentant un investissement pour le joaillier.

Plongeons-nous dans les métiers de la joaillerie afin de mieux comprendre l’art et les étapes de fabrication des bijoux anciens.

CODE_HTML_IMAGE_1 Les métiers joailliers et les étapes de fabrication des bijoux anciens-1

CODE_HTML_IMAGE_2 Les métiers joailliers et les étapes de fabrication des bijoux anciens-2

Le dessinateur concrétise l’idée du bijou

Toute œuvre d’art naît d’une idée qui attend d’être matérialisée. Le bijou ne fait pas exception. Le dessinateur est le premier à mettre le pied dans ce processus : il reçoit une commande de bijou d’un client et vient poser l’idée sur papier en passant par deux étapes.

  1. Le croquis est effectué à main levée et montre le travail de la forme, du volume et de la proportion du bijou, souvent sous plusieurs angles.
  2. Le gouaché est le moment où le dessinateur ajoute la couleur au dessin du bijou. C’est un dessin très pigmenté réalisé sur un papier de couleur afin de montrer au mieux l’éclat des pierres et ajouter une illusion de volume.

Le dessinateur doit être connaisseur du secteur de la joaillerie, car, s’il est guidé par un directeur artistique et qu’il doit être fidèle à l’identité de la maison de créateurs, il n’en doit pas moins connaître les spécificités de fabrication d’un tel objet de valeur. 

Le maquettiste crée le bijou en volume

Tous les créateurs de bijoux anciens ne passent pas par l’étape de la maquette. Les maisons de créateurs de grand renom la conservent pour les bijoux de haute importance. Lors de cette étape, le maquettiste interprète pour la première fois le bijou en trois dimensions, en s’appuyant sur le gouaché du dessinateur. La maquette sert plusieurs objectifs.

  1. Vérifier la faisabilité du projet (coût, poids du bijou) afin de pointer les modifications à effectuer si nécessaire.
  2. Identifier les difficultés techniques.
  3. Tester l’ergonomie, la flexibilité et le confort du bijou.
  4. Observer le bijou en trois dimensions et sous tous les angles.
  5. Avoir une référence en cas de réparation.
  6. Conserver la mémoire historique de la création joaillière.

Le maquettiste utilise généralement l’étain, mais également le maillechort, l’alliage de nickel, le cuivre et le zinc pour imiter l’argent. Les pierres, quant à elles, sont remplacées par des strass. Pour la couleur, il utilise des feutres, de la gouache ou de l’acrylique. Ce métier demande un éventail de compétences techniques : dessiner, mettre en volume, sculpter, souder et graver.

Le gemmologue recherche les pierres précieuses

Le rôle du gemmologue est de trouver les pierres, en vérifier la qualité et assurer qu’elles soient en adéquation avec le projet. Il travaille de près avec des négociants, qui sont spécialistes des diamants ou spécialistes de pierres de couleur. Il identifie, sélectionne et achète les gemmes après en avoir vérifié l’éclat et la pureté. Il s’agit d’une recherche complexe pouvant durer de quelques jours à plusieurs années.

Le fondeur travaille les métaux précieux

Depuis l’Antiquité, les bijoux les plus anciens sont réalisés grâce à la méthode de la fonte à cire perdue, pratiquée dans le métier de fondeur. En voici les grandes étapes.

  1. Le fondeur reçoit la pièce dans un bloc de cire par le joaillier.
  2. Le fondeur l’enferme dans un moule de plâtre.
  3. Dans un four à haute température, le fondeur vient faire fondre la cire pour la remplacée par le métal en fusion.
  4. Le fondeur brise le moule lorsqu’il est refroidi pour confier la pièce au joaillier.

Généralement, le fondeur utilise un moule en plâtre. Cependant, il lui est possible de fabriquer un moule en caoutchouc lorsqu’il s’agit de fabriquer un bijou en série, pour éviter de casser le moule à chaque fusion.

Le joaillier crée la monture

Le rôle du joaillier est de sculpter et façonner la monture pour la préparer à accueillir les pierres. Il travaille avec des métaux nobles comme l’or, l’argent et le platine. L’enjeu du joaillier est d’obtenir une monture solide, légère, résistante et souple. Il doit également faire en sorte que la monture permette le passage de la lumière afin de favoriser l’éclat de la pierre. Pour ce faire, il emploie une technique que l’on appelle une mise à jour.

Le polisseur rend le bijou éclatant

Le polissage est une étape essentielle qui consiste à nettoyer le bijou et à la faire briller grâce à du papier rugueux, des brosses de soie, des fils de coton ou de lin et des pâtes abrasives. Pour ce faire, deux techniques sont employées.

  1. L’enfilage, qui consiste à enfiler un fil de lin ou un ruban de jaconas dans le bijou.
  2. Le tour, qui consiste à polir les parties les plus accessibles du bijou à l’aide de brosses enduites de pâtes abrasives.

Le polisseur intervient trois fois lors du processus de création d’un bijou : avant et après le sertissage des pierres, et après le montage final de tous les éléments du bijou.

Le sertisseur associe la pierre et le métal

Le sertisseur reçoit la monture et les pierres afin de les assembler. Travaillant avec des pierres extrêmement fragiles, ce métier demande une grande délicatesse et une grande précision. Son geste doit être adapté à la pièce qu’il manipule ; la force qu’il exerce est différente selon la dureté du métal. Pour l’assister, il utilise une poignée de bois sur laquelle il fixe la monture. Le sertisseur utilise plusieurs techniques, comme le serti clos, le serti rails, le serti à grains, le sertis à griffe, etc. À l’issue de son travail, la monture doit être solide et discrète et les pierres parfaitement alignées et mises en valeur.

Le lapidaire taille les pierres

Le lapidaire est le professionnel chargé de tailler et polir les pierres précieuses et fines, les gemmes. Il les transforme de leur état brut à des pierres taillées prêtes pour orner les bijoux. Lorsqu’il effectue ce travail, le professionnel doit faire particulièrement attention à limiter la perte de matière. L’objectif est d’obtenir la plus belle couleur possible, de favoriser la réfraction de la lumière et d’amoindrir les défauts de la pierre.

Le diamantaire fait briller

Comme son nom l’indique, le diamantaire est un spécialiste du diamant. Il maîtrise toutes les étapes de la transformation du diamant brut en diamant taillé. Il fait fondre, titre les diamants, les met en forme et les façonne. Cette profession peut être confondue avec le lapidaire. En effet, l’objectif est le même, à l’exception faite que le diamantaire est à la recherche du meilleur éclat de la pierre et non de la meilleure couleur.

Le graveur et le sculpteur subliment la pierre

Afin de sublimer la pierre, deux derniers métiers de la joaillerie joignent la chaîne de la création de bijoux anciens : la gravure et la sculpture.

Il existe plusieurs techniques pour graver un bijou, dont la gravure en creux (ou intaille) et la gravure en relief (ou camée). Le graveur peut également être amené à inciser le métal pour signer les créations ou les personnaliser. Son outil principal est un instrument tranchant connu sous le nom de « burin ». De son côté, le sculpteur travaille la pierre en trois dimensions et taille l’œuvre pour la transformer.

Les métiers de la joaillerie demandent tous de la minution, de la patience, une grande capacité de concentration, mais avant tout de la créativité, afin de pouvoir concevoir des pièces originales. 

Nous vous recommandons ces autres pages :