café-bio-114 – Quelles sont les certifications pour du café bio ?

Les différentes certifications pour du café bio ?

N’est pas café biologique qui veut ! Pour entrer dans cette famille très fermée, le café est produit, transformé et commercialisé suivant un protocole bien précis. Ainsi, la culture du café est réalisée avec des engrais naturels, à base de pulpe de cerise ou de vers. Une fois produits, les grains sont torréfiés de façon artisanale pour une meilleure expression des saveurs et arômes du terroir. Pour le transport, il est important que les grains de café soient conditionnés dans de grands sacs en plastique, à usage alimentaire, afin de préserver leur goût jusqu’à leur destination et/ou leur zone de stockage en vue de leur commercialisation.

Lorsque toutes ces contraintes ont été respectées, le café est de fait bio. Cependant, ce n’est pas toujours évident pour le consommateur de retracer le parcours du café pour s’en assurer. Il doit alors s’en remettre à un organisme de certification pour valider qu’il s’agit véritablement d’un café sain et bio. Ces organismes se chargent d’attribuer la certification bio aux cafés qui le méritent, sur la base d’un cahier de charges. Quelles sont les certifications les plus populaires ?

CODE_HTML_IMAGE_1 Quelles sont les certifications pour du café bio ?-1

CODE_HTML_IMAGE_2 Quelles sont les certifications pour du café bio ?-2

La certification bio : ce qu’il faut savoir

Avant de présenter les différentes certifications pour du café bio, il importe de rappeler ce qu’est une agriculture biologique. Elle s’applique aux productions végétales, animales, et à certaines catégories de produits transformés, destinées à l’alimentation humaine ou animale. Un produit certifié bio est un produit dont les règles de production, de distribution et d’étiquetage sont conformes au règlement biologique européen.

Selon qu’il s’agit de plantation, d’élevage ou de produits issus de la transformation, des protocoles spécifiques doivent être mis en œuvre. Pour la culture du café par exemple, les petites comme les grandes exploitations sont tenues de suivre à la lettre un cahier de charges de l’agriculture biologique. Concrètement, il s’agit pour les producteurs de café :

  • d’éviter les pesticides de synthèse et des engrais azotés chimiques ;
  • de préserver et développer la vie et la fertilité naturelle des sols ;
  • d’effectuer des rotations de cultures tout au long de l’année ;
  • de respecter les cycles naturels ;
  • de favoriser la biodiversité ainsi que d’autres bonnes pratiques agricoles.

Une vérification complète est effectuée par un organisme certificateur agréé (Ecocert, Qualité France, Certipaq, Agrocert, etc.), selon une fréquence bien définie, de la matière première au produit fini, en passant par la vérification de l’étiquette et du stockage. Le but est de s’assurer que les protocoles bio sont respectés sur l’ensemble de la chaîne. L’obtention du certificat bio n’est effective que si les résultats des tests effectués sur le terrain sont positifs. Un café bio peut prétendre à plusieurs types de certification.

Le label bio européen

Le label bio européen certifie qu’un produit commercialisé est conforme au règlement de l’Union européenne sur l’agriculture biologique. L’objectif lors de la création du premier règlement biologique en 1991 était d’harmoniser les règles de production bio afin d’améliorer le commerce européen des produits biologiques et de renforcer la confiance des consommateurs. En 2010, l’Union européenne introduit un nouveau logo biologique de couleur verte appelé « l’eurofeuille ». Ce logo est utilisé pour tous les produits qui répondent au cahier des charges de la production biologique de l’Union européenne.

Pour le café, cela implique une culture sans l’utilisation d’engrais et pesticides de synthèse. Concrètement, il faudrait que 95 % ou plus de ses composants soient issus d’une agriculture biologique respectant la réglementation UE. Le logo garantit par ailleurs que le café :

  • est conforme aux règles du système officiel d’inspection ;
  • provient de l’agriculteur producteur, ou du transformateur agroalimentaire, dans un emballage scellé ;

L’apposition du label bio européen sur le packaging est obligatoire. Deux informations doivent figurer à proximité du logo, à savoir :

  • le lieu de production des matières premières par l’apposition de la mention « Agriculture UE », « Agriculture Non UE » ou « Agriculture UE/non UE » ;
  • le nom ou le code de l’organisme de contrôle.

Il faut noter que le pays d’origine des ingrédients utilisés dans la fabrication d’un produit doit figurer sur l’emballage s’ils représentent plus de 98 % de sa composition.

Agriculture biologique (AB)

Créé en 1985, le label AB est la propriété du ministère français de l’Agriculture et de l’Alimentation. C’est une mention qui atteste le caractère bio d’un produit agricole. Les producteurs qui en font la demande peuvent l’obtenir, à condition qu’ils se conforment au cahier de charges de l’agriculture biologique, dont les critères principaux sont :

  • l’interdiction totale des pesticides et des engrais chimiques de synthèse ;
  • la garantie sans traitement chimique après récolte ;
  • l’interdiction de traces d’OGM au-delà des 0,9 % admis en cas de contamination fortuite ;

Ainsi, la certification AB garantit que le café est cultivé et torréfié selon des méthodes artisanales. La mixité est acceptée, mais le café doit être composé d’au moins 95 % d’ingrédients issus de l’agriculture biologique. Si ce label certifie un certain niveau de qualité du café ainsi qu’un mode de production et de transformation respectueux de l’environnement et du bien-être animal et de la biodiversité, il ne garantit pas que le café bio provient d’un pays de l’Union européenne. D’ailleurs, la plupart des cafés bio vendus dans le commerce sont importés de pays producteurs de café, notamment le Brésil, le Vietnam et la Colombie. L’origine du café doit être mentionnée sur l’emballage.

Il faut savoir que parmi tous les labels bio originaires de France, seul le label AB est officiel, car il répond au même cahier de charges que le label bio européen. Ainsi, il peut être apposé sur l’emballage en complément du logo eurofeuille.

Bio cohérence

Créé en 2010 par un collectif formé par des producteurs, distributeurs, transformateurs et consommateurs, le label bio cohérence est une marque de certification privée appartenant à la famille des labels bio +. Ils sont plus restrictifs que les labels bio (AB et eurofeuille), dont les cahiers de charges sont jugés trop conciliants. Concrètement, le label bio cohérence est caractérisé par :

  • un cahier de charges complémentaire au règlement bio européen ;
  • un contrôle externe, indépendant et impartial, de l’engagement des producteurs et des entreprises de transformation ;
  • l’engagement des opérateurs dans une démarche de progrès continue ;
  • une procédure spécifique d’attribution de la marque.

Pour la procédure d’attribution, il faut noter que :

  • seuls les produits déjà estampillés AB, sont éligibles à la certification bio cohérence ;
  • le cahier de charges exige le respect de la biodiversité en bannissant l’usage d’engrais chimique, de pesticides et d’OGM ;
  • l’association impose des fermes 100 % bio ainsi qu’une séparation entre les produits bio et les autres produits pour éviter la contamination : contrairement au label AB et au label bio européen, aucun seuil n’est toléré.
  • de la production à la transformation, tout doit être Made in France.

Le café figure parmi les produits pouvant obtenir la certification bio cohérence. Une inspection est menée par un organisme certificateur agréé pour confirmer l’usage de pratiques respectueuses de l’environnement par les différents acteurs de la filière.

Demeter

Il s’agit d’une certification privée pour les aliments issus de l’agriculture biodynamique. C’est une méthode de culture qui n’utilise aucun produit de synthèse. En cela, elle se rapproche de l’agriculture biologique. D’ailleurs, pour qu’un produit obtienne la certification Demeter, il doit être certifié bio. Dans les engagements de la marque, il figure clairement que tous les produits sont issus à la fois d’exploitations certifiées AB et biodynamiques. Ainsi, le niveau de certification Demeter d’un domaine agricole est établi en fonction de son niveau de certification en agriculture biologique.

Certes, avec ses presque 100 ans d’âge, Demeter est l’écolabel le plus ancien. Pour autant, il ne manque pas de susciter l’intérêt des consommateurs pour le bien-être auquel il renvoie. En France, plus de 600 producteurs et entreprises certifiées Demeter s’efforcent de maintenir le niveau de qualité auquel ces derniers ont droit. La certification concerne plusieurs catégories de produits. Le café en fait partie. Beaucoup d’exploitations sont gérées selon une approche holistique de l’agriculture et de la qualité alimentaire. Cela demande aux producteurs de respecter un certain nombre de principes supplémentaires.

Il existe d’autres labels bio tels que « Nature et Progrès » qui permet de renforcer les liens des agriculteurs entre eux. Certains labels bio sont plus difficiles à obtenir que d’autres en raison de leur cahier de charges exigeant. Par ailleurs, les labels bio ne sont pas porteurs des mêmes garanties en termes de qualité. C’est ce qui détermine l’acte d’achat des consommateurs. Les producteurs de café doivent en prendre conscience pour faire le bon choix au moment venu.

Nous vous recommandons ces autres pages :