café-1212 – Qu’est-ce que le café en grain blend ?

Le café en grain blend : de quoi s’agit-il ?

Si les amateurs de café savent généralement ce qu’est le café en grain, d’autres subtilités au sujet du café peuvent rendre le choix plus difficile. Par exemple, sur les paquets de café en grain, on peut lire la mention « blend » ou « pure origine », parfois à côté d’un logo bio ou Fairtrade.

S’agit-il d’une question de qualité ? D’une indication sur la provenance ? D’une information sur le mode de culture des caféiers ? En réalité, rien de tout cela. Le terme « blend » fait référence à la composition du paquet de café en grain. Voici des explications détaillées sur ce type de café, pour en connaître le processus de fabrication et les avantages, ainsi que savoir bien le choisir.

CODE_HTML_IMAGE_1 Qu'est-ce que le café en grain blend ?-1

CODE_HTML_IMAGE_2 Qu'est-ce que le café en grain blend ?-2

La définition du café en grain « blend »

En anglais, le mot « blend » peut être défini comme « mélange ». Mais, dans le secteur de la torréfaction, on préfère parler d’assemblage, comme on le ferait pour du vin. En effet, il ne s’agit pas uniquement de mélanger approximativement plusieurs grains de café de différentes origines ou de différentes sortes.

Pour un torréfacteur, la réalisation d’un café blend consiste ainsi à assembler des cafés de plusieurs origines, eux-mêmes torréfiés séparément pour conserver tous leurs arômes et leurs spécificités. Parfois, on a par exemple affaire à 2, 3 ou 4 cafés arabica mélangés venant de plusieurs pays du monde (Brésil, Rwanda, Colombie, Éthiopie, Pérou, Vietnam, etc.). Dans d’autres cas, on peut trouver des cafés blend qui mélangent aussi plusieurs variétés (arabica et robusta par exemple).

L’idée est de réussir à trouver la meilleure harmonie et de créer un café en grain unique. Certains cafés purs présentent en effet des caractéristiques très marquées (amertume, note florale, léger goût caramélisé, acidité, arôme de chocolat, etc.) et d’autres plus neutres. Le fait de les assembler va permettre d’adoucir et de valoriser l’ensemble des grains utilisés.

La différence entre café en grain blend et pure origine est donc assez simple dans la théorie : le premier se compose de plusieurs origines, tandis que le second ne comporte que des grains provenant d’une même zone géographique, et parfois même d’un seul et unique producteur.

À savoir : le café blend n’est pas uniquement disponible en grain, on le retrouve aussi en mouture (café moulu) à placer dans le filtre de la cafetière ou à utiliser avec une machine expresso, et même en capsules et en dosettes.

Les méthodes de fabrication d’un café en grain assemblé

Pour créer un bon café blend, il faut d’abord sélectionner des grains de qualité, torréfiés selon la méthode qui correspond à leurs particularités. Un maître-torréfacteur doit adapter les étapes de torréfaction aux produits qu’il travaille (température et durée de séchage des grains notamment) et le degré de torréfaction en fonction du goût et des arômes souhaités.

Quand vient le moment de l’assemblage, il faut commencer par sélectionner un café au goût assez neutre, légèrement sucré, qui servira de base au blend. C’est le cas de beaucoup de cafés provenant du Brésil, de Cuba ou encore du Nicaragua.

Ensuite, il s’agit de trouver un café dont l’origine et la variété vont apporter une saveur unique à la préparation. On pense notamment aux grains venus d’Éthiopie pour leurs notes florales, aux cafés de l’Équateur pour leur saveur boisée, aux cafés riches en arômes de Colombie ou de la République Démocratique du Congo, etc.

Bien entendu, pour trouver l’équilibre idéal entre les saveurs, il faut réaliser de nombreux tests et se baser sur son expérience dans la torréfaction et l’assemblage. Quelles sont les origines qui se marient le mieux ? Faut-il assembler 2 ou 3 origines pour créer tel type de café ? Quel pourcentage de chaque café faut-il mélanger ? Quel serait le degré de torréfaction idéal pour obtenir un café harmonieux ? Voilà autant de questions, parmi tant d’autres, qui s’imposent lorsque l’on souhaite réaliser un café blend réussi.

La préparation de cafés blend est donc tout un art, que seuls les maîtres-torréfacteurs peuvent maîtriser à la perfection. Rien n’empêche cependant un consommateur de café de réaliser des tests à la maison et de créer son propre blend à partir de grains d’origines diverses.

Les avantages d’un assemblage de cafés

Pour les artisans torréfacteurs, les Coffee Shops et les grandes entreprises qui vendent du café, les assemblages présentent plusieurs atouts :

  • c’est une manière de se démarquer de la concurrence, en proposant des cafés en grains aux arômes et aux goûts uniques, avec leurs propres recettes ;
  • ils peuvent s’adapter aux goûts de la majorité des consommateurs, parfois peu adeptes des cafés pure origine très corsés ou très acides par exemple ;
  • ils sont moins dépendants de l’inconstance du goût des grains de café récoltés d’une année sur l’autre (plus ou moins acide, amer, floral, chocolaté, etc.), en ayant la possibilité d’ajuster la part de chaque café assemblé pour obtenir un produit qui reste toujours le même.

Pour le consommateur, le fait d’acheter un café en grains blend permet d’avoir une certaine garantie de l’équilibre et du bon goût du café qu’il va déguster. Avec le blend, un grand connaisseur saura choisir le mélange qui lui apportera les arômes et saveurs qu’il recherche, et un consommateur moins avisé pourra toujours déguster une tasse de café équilibrée, sans note trop marquée, et agréable en bouche.

Les critères de choix d’un café blend

Les assemblages de cafés en grain provenant de divers pays sont aujourd’hui très répandus, ce qui peut rendre le choix difficile. Pour aider les amateurs de café à choisir le produit qui leur convient, les torréfacteurs et vendeurs de café peuvent donner diverses indications :

  • les pays d’origine des grains assemblés ;
  • le degré d’intensité du café blend (café léger, café aromatique avec un peu plus de corps, café corsé, etc.) ;
  • les notes prédominantes (fruits rouges, agrumes, note florale, goût de chocolat, de noisette, saveur boisée, etc.) ;
  • le corps du café (plus ou moins épais et onctueux par exemple) ;
  • les meilleurs moments de la journée pour le déguster ;
  • etc.

Ensuite, à chacun de déterminer ses propres goûts et de choisir tel ou tel café assemblé en conséquence.

Un autre critère de choix peut être plus écologique et social. S’il existe bel et bien des cultures plutôt intensives de café, on trouve aussi des modes de culture et d’extraction durables, de la biodynamie et du café labellisé bio, ayant tous un impact réduit sur notre environnement.

On peut enfin se fier au mode d’approvisionnement du torréfacteur ou du revendeur. Le travail en direct avec les producteurs ou via des coopératives de commerce équitable permettent d’assurer une bonne rémunération aux travailleurs des plantations de café et leur assurent des conditions de travail dignes.

Nous vous recommandons ces autres pages :