café-1452 – Comment choisir du café bio en grain ?

Quels critères prendre à compte pour choisir les grains de café bio ?

Les critères qui permettent de choisir du café bio sont déjà nombreux et ils rejoignent ceux qui permettent également de choisir des grains de café bio. Pour le reste, tout est question de préférence et d’habitude, même si savoir bousculer les habitudes conjugue souvent le surprenant avec le délicieux. Avant de s’intéresser aux critères de choix des grains de café bio, il faut nous intéresser au consommateur, à ses préférences et ses expériences. En effet, il est important de savoir définir ses propres préférences pour mieux orienter ses choix.

L’aspect résolument bio recherché par le consommateur averti doit donc être étudié. En effet, le choix du grain de café plutôt que celui de sa mouture n’est pas le fruit du hasard pour l’amateur de café. De même, choisir un grain bio impose une certaine idée de la qualité recherchée. Préférer le café en grain au café moulu met par exemple en avant une expérience forte et une conception précise de ce que doit être un grain de café (bio ou non) pour le consommateur. On fait le point.

CODE_HTML_IMAGE_1 Comment choisir du café bio en grain ?-1

CODE_HTML_IMAGE_2 Comment choisir du café bio en grain ?-2

Café bio en grain : un choix propre à chacun

Plutôt qu’un guide infaillible sur la sélection du grain de café bio, intéressons-nous au profil du consommateur :

  • est-il plutôt type Arabica ou Robusta ?
  • affectionne-t-il les expresso (ou espresso), les cappuccinos ou plutôt les cafés allongés ?
  • a-t-il une origine de production privilégiée (Brésil, Afrique, pays d’Amérique centrale, Éthiopie) ?
  • est-il sensible à d’autres valeurs attachées au produit (commerce équitable, agriculture biodynamique) ?
  • utilise-t-il une machine adaptée à ses envies (cafetière à capsules ou à filtre, moulin à café) ?

C’est en se centrant sur ses propres envies que le consommateur va pouvoir définir le choix qui lui correspond. Il doit cerner au mieux les saveurs qu’il affectionne, ainsi que l’expérience qu’il souhaite réaliser. Si, par exemple, il sait ne pas apprécier la légère acidité d’un Arabica, et qu’il préfère au contraire les arômes parfois boisés d’un Robusta, le choix d’un grain de café à la torréfaction plus poussée sera ainsi privilégié.

Attention cependant à ne pas s’enfermer dans des préférences de goût sans jamais savoir en sortir, sous peine de ne plus se laisser agréablement surprendre par une dégustation au détour d’un choix inattendu. Une préférence est une tendance, mais non une règle, et en matière de grains de café, l’éventail du choix promet bien des surprises.

Café bio en grain : une question de valeur

Le bio est de plus en plus répandu. Et pour cause : il est gage de sécurité alimentaire, de respect de l’environnement et d’optimisation du goût. En d’autres termes, le bio est une valeur qui correspond totalement aux notes d’excellence que peut véhiculer le grain de café auprès des consommateurs avertis.

Les labels et certifications ne manquent pas pour mettre en avant la qualité bio des grains de café. Du label « AB », « Biocohérence » ou autre, en passant par les organismes certificateurs, ce sont autant d’acteurs qui agissent pour assurer au consommateur final que le produit dans sa tasse répond aux exigences du bio :

  • vigilance sur le mode d’agriculture ;
  • assurance de non-utilisation d’engrais chimiques de synthèse ou de pesticides ;
  • contrôle des phases de transformation (culture, extraction, torréfaction, mouture) ;
  • etc.

Choisir un grain de café bio, c’est choisir un produit qui répond à des exigences strictes et certifiées. Le prix du bio est donc mathématiquement plus élevé, car il faut rémunérer les organismes et acteurs nécessaires à la qualité du produit. Mais un grain de café bio, c’est aussi une plus-value aromatique indéniable et un gage de pérennité pour l’environnement.

Reconnaître les grains de café bio est très simple, puisqu’il suffit de regarder le label affiché sur l’emballage, ainsi que les codes des organismes certificateurs. En cas de doute, il ne faut pas non plus hésiter à interroger le revendeur, qui saura expliquer les labels retenus et les valeurs qui y sont corrélées. Le cas échéant, chaque label possède un site institutionnel regroupant l’ensemble des informations nécessaires.

Café bio en grain : une question de goût

Tous les connaisseurs savent distinguer les caractéristiques du café en grain. D’ailleurs, le café en grain réunit plusieurs avantages :

  • entiers, les grains attestent de leur bonne qualité, alors que le café moulu peut résulter de la mouture des « débris » de café ;
  • les arômes du café sont établis lors de la torréfaction, mais ils perdurent plus longtemps sous forme de grains que sous forme de mouture ;
  • il est plus facile de visualiser l’état de torréfaction du café s’il prend la forme d’un grain.

Mais comment choisir les bons grains de café bio ? C’est la couleur qui doit orienter le consommateur sur le degré de torréfaction appliqué.

  1. Plus le grain est blanc, plus la torréfaction est courte. Cette couleur blanche est le signe de notes fruitées et florales, conservant cependant l’acidité au détriment de toute amertume.
  2. Un grain médium (ni clair ni foncé) apporte un équilibre entre acidité et amertume, et révèle aussi des saveurs plus gourmandes (chocolat au lait, confiture, etc.).
  3. Une torréfaction plus longue (grain foncé) restitue un grain plus amer et contenant peu ou pas d’acidité. Les saveurs fruitées ont disparu au profit des arômes empyreumatiques et la torréfaction laisse place à une texture ayant plus de corps.

Bien évidemment, des nuances existent entre tous ces stades, et cela est à décliner selon le nombre de torréfacteurs et les méthodes ou machines utilisées.

Choisir du café bio en grain : un subtil compromis

Aucun choix n’est aisé lorsque la qualité se décline au pluriel. Si les grains de café sont bio, on sait toutefois que l’on peut déjà objectivement parler d’une qualité établie.

Mais comme nous l’avons vu précédemment, il est important d’avoir un point de départ pour bien orienter son choix. Il faut alors commencer par définir ce que l’on apprécie, les saveurs et arômes qui nous plaisent par habitude ou par instinct. Ensuite, il est possible de suivre ses propres expériences et de les réitérer ou, au contraire, de s’en écarter pour ouvrir la porte des possibles.

Le mieux reste encore d’interroger le revendeur, car il est la seule interface qui connaît toutes les saveurs et reste témoin de tous les avis. Il est alors le mieux placé pour orienter le consommateur. Il suffit d’exprimer ses habitudes, ses préférences et ses attentes, puis charge au professionnel du café de conseiller ce qui sera en adéquation avec la demande.

Nous vous recommandons ces autres pages :