reprogrammation-ethanol-113 – Quelle différence entre l’éthanol et le GPL ?

Éthanol et GPL : quelles sont les différences ?

À l’heure où le prix de l’essence et de tous les carburants issus du pétrole s’envole, il est naturel de voir un grand nombre d’automobilistes chercher une solution plus économique pour alimenter leur véhicule en carburant. Dans le cas de l’achat d’un véhicule neuf, plusieurs options s’offrent à chacun, avec pour principale contrainte l’obligation de disposer du budget nécessaire à un tel investissement, ce qui n’est pas le cas de tout le monde.

Par conséquent, que faire si l’on possède déjà une voiture équipée d’un moteur à essence ? Est-il possible de modifier ou de convertir son véhicule pour le rendre plus propre et moins énergivore ? En France, deux solutions principales ont émergé pour remplir cette fonction : le bioéthanol et le GPL (gaz de pétrole liquéfié).

Comme nous allons le constater, si ces deux possibilités ont des objectifs en commun, elles n’en demeurent pas moins très différentes sur de nombreux points et critères de choix.

CODE_HTML_IMAGE_1 Quelle différence entre l'éthanol et le GPL ?-1

CODE_HTML_IMAGE_2 Quelle différence entre l'éthanol et le GPL ?-2

Qu’est-ce que le GPL ?

Comme son nom l’indique, le GPL est du gaz de pétrole liquéfié, ce qui signifie qu’il s’agit là d’un hydrocarbure saturé, issu pour 60 % du traitement du gaz naturel et pour 40 % du raffinage du pétrole. Le GPL est donc un carburant reposant sur l’utilisation et l’exploitation d’une énergie fossile et non renouvelable, même si l’on constate, à la marge, l’introduction progressive de biogaz dans sa composition.

Le premier constat qu’il est facile de faire concerne l’aspect écologique du GPL. En effet, si ce carburant limite d’environ 18 % les émissions de CO2 et de particules, par rapport à un véhicule roulant avec un moteur thermique, il n’en reste pas moins hasardeux de lui attribuer les qualificatifs de carburant propre ou d’énergie verte, d’autant plus qu’une voiture fonctionnant avec ce gaz consomme 20 % de plus que la même voiture roulant à l’essence. Un véhicule équipé d’un réservoir GPL permet tout de même d’obtenir la vignette Crit’Air 1 et de ne subir aucune contrainte ou restriction de circulation pouvant être liée à la pollution.

Il faut cependant savoir que les voitures équipées d’un réservoir GPL peuvent être interdites de stationnement dans certains parkings souterrains ou à proximité de lieux sensibles ou surveillés, en raison d’un risque d’explosion accru en cas d’incendie.

Le principal avantage du gaz de pétrole liquéfié est son prix à la pompe, largement inférieur à celui de l’essence et du diesel. Cependant, quel prix faut-il être prêt à investir pour rouler au GPL ?

Dans la pratique, il existe deux cas : faire l’acquisition d’un véhicule neuf GPL ou passer par la conversion de son véhicule essence à la bicarburation (essence + GPL).

Le premier cas, celui des véhicules neufs GPL natifs, soulève le constat du peu d’implication des constructeurs envers la solution gaz. En effet, si on prend l’exemple de l’année 2021, seuls Renault, Dacia et Fiat proposent des véhicules fonctionnant nativement au GPL sur le marché français. De plus, les véhicules tels que le Dacia Duster ou la Dacia Sandero sont vendus 30 % plus cher en version GPL qu’en version essence, de quoi faire réfléchir sur le nombre de kilomètres à effectuer avant de s’y retrouver financièrement. Bien sûr, le prix ne fait pas tout et le souci de limiter son impact sur l’environnement est également un critère de choix du GPL.

Pour convertir un véhicule essence en véhicule qui fonctionne alternativement avec deux carburants, l’essence et le GPL, il faut passer par l’installation d’un deuxième réservoir dédié au GPL, en plus de l’installation et des réglages d’un système complet supplémentaire (commutateur, circuit de réchauffage, détendeur et électrovanne). L’installation d’un kit GPL revient ainsi à 3 000 euros environ, un prix à affiner en fonction des modèles de voitures et en sachant qu’il est impossible de convertir un véhicule diesel au GPL.

La conversion au bioéthanol

La première caractéristique de l’éthanol ou bioéthanol est également la principale différence entre ce carburant et le GPL : l’éthanol est issu de la culture de céréales et de betteraves, et ne dépend donc pas du pétrole ou des énergies fossiles non renouvelables, ce qui fait de lui un carburant vert.

L’éthanol, un carburant plus propre, renouvelable et moins cher à la pompe

De fait, non seulement un véhicule roulant à l’éthanol pollue moins, mais c’est aussi toute la filière qui a un impact beaucoup moins important sur l’environnement. En moyenne, une automobile dont le moteur est converti et adapté au bioéthanol émet 70 % de gaz à effet de serre en moins, 90 % de particules fines en moins, et 30 % d’oxydes d’azote en moins qu’un véhicule à essence.

L’argument écologique prend tout son sens avec le bioéthanol, mais il faut également regarder du côté du prix à la pompe. Or, là encore, force est de constater que son tarif 2 à 3 fois inférieur à celui de l’essence plaide en sa faveur. Dans l’une des 2 000 stations-service qui proposent de l’éthanol en France, le carburant peut être disponible sous plusieurs dénominations, qui sont les suivantes :

  • bioéthanol ;
  • E85 ;
  • super éthanol ;
  • éthanol.

Comment adapter sa voiture à l’éthanol ?

Pour bénéficier d’un véhicule roulant à l’éthanol, deux solutions se présentent.

La première consiste en l’installation d’un boîtier électronique par un garagiste. Ce boîtier doit être parfaitement compatible et homologué en France, ce qui impose donc de le choisir avec soin et d’éviter les produits de mauvaise qualité tout droit venus d’Asie.

Dans tous les cas, un boîtier éthanol, même homologué et installé par un professionnel, entraîne la perte de garantie du constructeur sur le moteur, ce qui est un véritable désavantage, en plus de l’hypothèse de voir son moteur greffé d’un kit issu du monde de la contrefaçon, ce qui arrive de plus en plus.

Pour passer au bioéthanol de façon beaucoup plus sereine, sans craindre d’endommager sa voiture, il existe aussi l’option de la reprogrammation du moteur à essence. La reprogrammation ou adaptation du moteur est une intervention électronique et informatique, qui repose sur le réglage et l’optimisation de l’injection de carburant pour rendre le moteur compatible au bioéthanol sans plomb.

Les avantages de la reprogrammation sont nombreux :

  • c’est une technologie rapidement rentable, non invasive et qui permet un réglage optimal adapté à 100 % à son moteur ;
  • elle offre la possibilité de rouler indifféremment à l’essence ou au bioéthanol ;
  • elle offre la possibilité de revenir en arrière sans difficulté et à moindre coût ;
  • elle améliore le couple et la puissance, ainsi que la longévité du moteur ;
  • elle limite de façon importante la pollution émise par les véhicules, tout en permettant de rouler pour beaucoup moins cher ;
  • elle est compatible avec les moteurs hybrides et de très nombreux modèles à essence de toutes les grandes marques, à commencer par Renault, Peugeot ou Dacia.

Pour conclure, il semble que la reprogrammation pour rouler au bioéthanol au quotidien présente plus d’atouts, de garanties et d’avenir que la solution du kit GPL, qui outre une origine dépendante du pétrole et du gaz naturel, suit une courbe descendante, tant au niveau du nombre de véhicules équipés que de la quantité de stations-service permettant de s’approvisionner.

Nous vous recommandons ces autres pages :