reprogrammation-ethanol-1341 – Est-ce qu’un moteur atmosphérique est compatible avec la reprogrammation-ethanol ?

La reprogrammation éthanol est-elle possible sur un moteur atmosphérique ?

L’éthanol est un carburant écologique et économique largement adopté pour ses propriétés et pour les avantages que garantit son utilisation. De nombreux propriétaires de véhicules y ont opté pour se passer de l’essence et du diesel, plus chers à la pompe et plus polluants. Cependant, le remplacement de l’essence classique par de l’éthanol ne se fait pas sans respecter certaines conditions. Ainsi, avant de l’envisager, il faut au préalable s’assurer d’avoir un moteur compatible avec l’éthanol et, éventuellement, convertir le moteur au biocarburant à travers la reprogrammation éthanol.

Dans le cas des moteurs atmosphériques, découvrez les différentes possibilités et précautions en matière de reprogrammation éthanol.

CODE_HTML_IMAGE_1 Est-ce qu'un moteur atmosphérique est compatible avec la reprogrammation-ethanol ?-1

CODE_HTML_IMAGE_2 Est-ce qu'un moteur atmosphérique est compatible avec la reprogrammation-ethanol ?-2

Qu’est-ce qu’un moteur atmosphérique ?

Un moteur atmosphérique est un moteur thermique non assisté par suralimentation. Autrement dit, il s’agit d’un type de moteur qui ne fonctionne que grâce à la pression extérieure et non pas à travers un phénomène de compression ou de turbocompression. La combustion chez ce type de moteur est donc interne et est favorisée par l’alimentation en air assurée par les mouvements du piston.

Ces caractéristiques en font un type de moteur beaucoup plus adapté aux motos et à certaines voitures de sport. Cependant, depuis l’année 2021, les moteurs atmosphériques sont de plus en plus délaissés au profit des modèles assistés par suralimentation ou moteurs turbo.

Comment savoir si le moteur atmosphérique est convertible à l’éthanol ?

En principe, un moteur atmosphérique, à condition qu’il fonctionne à l’essence et non au diesel, peut rouler à l’éthanol. Toutefois, avant de l’équiper d’un kit éthanol ou de procéder à une modification par reprogrammation éthanol, plusieurs paramètres doivent être pris en compte, afin de s’assurer d’une totale compatibilité.

La marque de la voiture

Depuis le début des années 2000, la plupart des constructeurs automobiles équipent leurs véhicules de moteurs naturellement compatibles avec le bioéthanol. Parmi les marques dont les moteurs atmosphériques sont susceptibles d’être reprogrammés à l’éthanol, on distingue :

  • Toyota : avec des moteurs atmosphériques peu poussés ;
  • Peugeot : avec les modèles atmo PureTech ;
  • Citroën : avec les modèles PureTech atmosphériques ;
  • Renault : les modèles V6 ou dotés d’une petite cylindrée des gammes Alaskan, Arkana, Avantime, Captur, Clio, Laguna, Twingo, Scenic, Wind, etc. ;
  • Volkswagen : les modèles FSI, à injection directe ou indirecte ;
  • Nissan : tous les moteurs atmosphériques 1.4, 1.6, 1.8, 2.0, 2.4, 2.5 ;
  • Ford : les modèles V6 V8 des Mustang et les Pick up F150, F250, F350, F450 ;
  • etc.

Toutefois, les moteurs atmosphériques compatibles à l’éthanol et potentiellement modifiables connaissent sans doute leurs derniers jours, car presque toutes les marques ont entrepris de les remplacer par les moteurs turbo ou hybrides.

Les caractéristiques du moteur

Avant d’envisager la reprogrammation d’un moteur atmosphérique, il importe d’en étudier la configuration, afin de savoir si cette dernière peut connaître des modifications et quelles modifications seraient éventuellement nécessaires pour une parfaite adaptation à l’éthanol. Ainsi, en matière de configuration, les moteurs atmosphériques V6 avec leur charpente en V et formés de deux rangées de trois cylindres font partie des modèles les plus susceptibles d’être reprogrammés.

Par ailleurs, il faut tenir compte de la taille du moteur thermique avant d’entreprendre toute modification. Pour ce faire, il est recommandé d’être prudent avec les petits modèles à deux ou quatre temps qui peuvent connaître des problèmes d’usure en raison du caractère hygroscopique de l’éthanol, notamment de l’E85. En effet, ce dernier crée parfois un phénomène de séparation des phases, lequel a lieu lorsque l’éthanol aspire l’humidité de l’air qui finit par se transformer en eau. Or, cette eau affecte l’essence contenue dans le bioéthanol, créant deux couches distinctes dans le réservoir, l’une d’essence et l’autre d’éthanol mélangé avec de l’eau.

Comment se fait la reprogrammation éthanol d’un moteur atmosphérique ?

Comme dans le cas des moteurs classiques, la reprogrammation éthanol d’un véhicule à moteur atmosphérique consiste à modifier certaines caractéristiques techniques de l’automobile afin de l’adapter au biocarburant. Concrètement, l’opération consiste à extraire les données du calculateur de la voiture et à apporter des modifications aux paramètres de fonctionnement. À cet effet, le spécialiste de la reprogrammation analyse les réglages du moteur et les adapte aux spécificités de l’éthanol en injectant de nouvelles données. L’intervention ne nécessite pas de changement de pièces, sauf celui des bougies si celles-ci ne sont pas neuves.

De même, si l’on souhaite convertir le moteur de sorte à le rendre uniquement fonctionnel avec de l’éthanol, le changement de certaines pièces, notamment des injecteurs, pourrait s’imposer. En outre, il faut remarquer que la reprogrammation éthanol d’un moteur atmosphérique n’en augmente pas suffisamment la puissance pour faire une modification dite de Stage 1.

En effet, pour ce type de modification, la cartographie du moteur est modifiée pour une meilleure gestion du turbo. Or, les moteurs thermiques ne sont pas alimentés par turbocompression. Le véhicule ne bénéficie ainsi d’aucun gain de puissance, sauf avec quelques modèles précis de moteurs thermiques. C’est par exemple le cas des modèles 6.4 V8 + 45cv et 6.7 V8 Scorpion + 50cv/ + 200 Nm du constructeur Ford.

Est-ce nécessaire de reprogrammer un moteur atmosphérique ?

Les avantages de la conversion d’un moteur, quels qu’en soient la marque, le modèle et le type, sont indéniables. Ils s’estiment notamment en matière de polyvalence, de puissance, de baisse de consommation, etc. Cependant, dans le cas des moteurs atmosphériques, l’opération pourrait ne pas être nécessaire.

Un gain de puissance quasi inexistant

Comme évoqué précédemment, la reprogrammation éthanol d’un moteur atmosphérique ne garantit pas un rendement optimal en matière de puissance. De ce point de vue, l’opération ne permet pas d’avoir un véhicule plus rapide ni plus performant, quoique l’indice octane de l’éthanol, c’est-à-dire le temps de combustion et la propagation de la flamme, soit plus rapide que celui de l’essence.

Une faible baisse de consommation

Avec une reprogrammation éthanol, l’économie de carburant réalisée est nette. Néanmoins, en matière de baisse de la consommation de carburant, la conversion éthanol profite mieux aux moteurs turbocompressés qu’aux moteurs atmosphériques. De fait, chez ces derniers, l’opération n’induit qu’un minime gain de couple et par conséquent peu d’économie de carburant.

Une opération impossible sur certaines tailles de moteur

Avec un moteur atmosphérique de petite taille, les modèles 1.1 L ou 1.4 L par exemple, il est impossible de faire une reprogrammation éthanol, à moins d’opérer des changements importants, tels que la modification de l’admission et de l’échappement.

En définitive, la reprogrammation éthanol est possible avec un véhicule à moteur atmosphérique, mais elle n’est pas indispensable, car les avantages d’une telle opération sont moindres. De plus, ce type de moteur est peu à peu délaissé et retiré des catalogues des marques, ce qui veut dire que les propriétaires de véhicules auront dorénavant rarement affaire à la motorisation thermique. Toutefois, si l’on doit convertir un moteur atmosphérique à l’éthanol, il est sans doute préférable d’opter pour une conversion Flex fuel simple.

Nous vous recommandons ces autres pages :