formation-alternance-1143 – Quelle différence entre un contrat d’apprentissage et un contrat de professionnalisation ?

Contrat d’apprentissage et contrat de professionnalisation : les différences

La formation en alternance alterne vie professionnelle en entreprise et apprentissage théorique en établissement scolaire. Quels sont les contrats d’alternance possibles ? Deux types de contrats s’offrent à celles et ceux qui souhaitent suivre une formation en alternance et être recrutés par un employeur. En effet, selon les besoins de l’apprenti, l’employeur peut proposer un contrat d’apprentissage ou un contrat de professionnalisation. Les deux contrats permettent de suivre une formation en alternance, dans le but d’obtenir un diplôme ou une qualification professionnelle.

La découverte des similitudes et différences entre ces deux types de contrats permet de faire le point et de connaître les différents éléments à prendre en compte pour arrêter son choix.

CODE_HTML_IMAGE_1 Quelle différence entre un contrat d'apprentissage et un contrat de professionnalisation ?-1

CODE_HTML_IMAGE_2 Quelle différence entre un contrat d'apprentissage et un contrat de professionnalisation ?-2

La différence au niveau des profils d’alternants

Le contrat d’apprentissage s’adresse aux personnes âgées de 16 ans minimum et dans de rares cas aux jeunes âgés de 15 ans et un jour. En effet, ces derniers peuvent alors préparer un diplôme en alternance si leur année de 3e est validée et qu’ils fêtent leurs 16 ans avant le 31 décembre de l’année en cours. L’âge maximal pour signer un contrat d’apprentissage est quant à lui de 29 ans. Cependant, les personnes en contrat d’apprentissage âgées de 29 ans, qui souhaitent poursuivre leurs études afin d’obtenir un diplôme de niveau supérieur, peuvent intégrer une formation en alternance jusqu’à leurs 34 ans révolus.

Pour que l’âge limite soit prolongé jusqu’à 34 ans, seule une année peut s’écouler entre deux contrats. Si le précédent contrat a pris fin contre la volonté de l’apprenti, il est permis de revoir la limite d’âge afin de contracter un nouveau contrat d’apprentissage. En cas de non-obtention du diplôme ou de la certification professionnelle convoitée, il est alors possible de se tourner vers un nouvel employeur pour un contrat d’un an.

Il existe quelques exceptions qui rendent un candidat (peu importe l’âge) éligible au contrat d’apprentissage :

  • être apprenti travailleur handicapé ;
  • souhaiter créer une entreprise nécessitant l’obtention d’un diplôme ;
  • reprendre une entreprise qui nécessite d’être qualifié.

Le contrat de professionnalisation permet également l’accès à une formation en alternance pour toutes les personnes qui souhaitent préparer un diplôme professionnel ou obtenir un certificat de qualification, tout en s’insérant dans le milieu professionnel. Toutefois, une légère différence au niveau de l’âge peut être constatée : ce dispositif concerne les jeunes âgés de 16 à 25 ans, désireux de rentrer dans la vie active et de découvrir le monde de l’entreprise.

Les formations diplômantes réalisées en contrat de professionnalisation livrent aux étudiants les connaissances et compétences attendues et recherchées par les employeurs. Certaines situations permettent d’avoir accès au contrat de professionnalisation indépendamment de l’âge. Les candidats concernés sont :

  • les demandeurs d’emploi de 26 ans et plus ;
  • les bénéficiaires d’un minima social (RSA, ASS, etc.) ;
  • les personnes sortant d’un contrat unique d’insertion (CUI).

La différence au niveau du déroulement de la formation

Le contrat d’apprentissage comprend un enseignement théorique dans un lycée professionnel, en centre de formation d’apprentis (CFA), à l’université, ou en école, allié à une formation pratique dans un cadre professionnel, en entreprise. Les possibilités d’embauches sont vastes, car toute entreprise publique ou privée peut recruter des apprentis.

Une formation dure entre 6 mois et 3 ans et varie selon le titre professionnel convoité, le diplômé visé et le domaine de profession. Un contrat en apprentissage comprend à minima 400 heures de formation théorique annuelle. Le nombre d’heures augmente selon le type de diplôme, aussi il faut compter :

  • 800 heures de cours pour un CAP ;
  • 1 850 heures de formation théorique sur 3 ans pour un bac professionnel ;
  • 1 350 heures sur 2 ans pour un BTS.

En ce qui concerne le contrat de professionnalisation, il favorise avant tout l’obtention d’un emploi. Ainsi, lorsque les apprentis trouvent un employeur, ce dernier propose de signer un contrat à durée déterminée (CDD), renouvelable une fois, ou un contrat à durée indéterminée (CDI) qui comprend une période de professionnalisation. Cette étape permet à un salarié de suivre une formation de 6 à 12 mois, tout en s’adonnant à son activité professionnelle première.

À noter : les entreprises qui recrutent des personnes en contrat de professionnalisation perçoivent des aides à l’apprentissage. Il est donc utile de souligner cet aspect auprès des recruteurs lors d’un entretien.

Une différence notable entre ces deux types de contrats est liée à la rémunération. Si dans les deux cas, la formation en alternance permet d’obtenir une rémunération, cette dernière varie tout de même en fonction de l’âge et du niveau d’étude. Un étudiant en contrat d’apprentissage gagne entre 27 % et 100 % du SMIC (sur la base d’un temps plein). Pour une personne en contrat de professionnalisation, la rémunération équivaut entre 55 % et 100 % du SMIC, selon l’âge et le degré de qualification.

La différence en matière de domaines d’alternance et de diplômes

Le contrat d’apprentissage permet de préparer une qualification professionnelle inscrite dans le répertoire national des certifications professionnelles (RNCP) ou d’obtenir un diplôme d’État de niveau 2 ou supérieur. En d’autres termes, les apprentis peuvent s’inscrire en :

  • brevet professionnel ;
  • bac professionnel ;
  • Certificat d’Aptitude Professionnelle (CAP) ;
  • Bachelor Universitaire de Technologie (BUT) ;
  • Brevet de Technicien Supérieur (BTS) ;
  • licence ;
  • licence professionnelle ;
  • master.

De nombreux secteurs d’activité sont ouverts au recrutement d’alternants en contrat d’apprentissage. De ce fait, il est possible d’obtenir un diplôme par le biais d’une formation réalisée en alternance pour différents corps de métiers.

En ce qui concerne le contrat de professionnalisation, il permet d’obtenir une qualification professionnelle dans de nombreux domaines. Qu’il s’agisse d’un titre professionnel enregistré au RNCP, d’un certificat de qualification professionnelle (CQP) ou d’une classification professionnelle apparaissant sur une convention collective nationale, la formation offre une qualification reconnue par l’État dans de multiples domaines et livre des compétences très appréciées par les employeurs.

En effet, rejoindre la vie active après l’obtention d’un diplôme obtenu en ayant suivi une formation initiale, ce n’est pas une tâche aisée pour les nouveaux diplômés. Les entreprises souhaitent recruter des éléments qui connaissent la vie en entreprise et ont eu l’opportunité de développer des compétences professionnelles. Quel que soit le contrat choisi, la formation en alternance offre une expérience professionnelle significative aux étudiants, qui facilite énormément leur insertion dans le monde du travail.

La différence de démarches d’inscription en alternance

Le processus d’inscription et d’intégration varie en fonction de l’établissement de formation. En principe, l’entrée en apprentissage se fait tout au long de l’année. Cependant, de nombreux établissements proposent une rentrée en septembre. Pour s’inscrire dans les délais à une formation en alternance, il est essentiel de bien se renseigner concernant les périodes et les modalités d’inscription.

Concernant la signature du contrat d’apprentissage, il est possible de signer ce dernier dans les 3 mois précédant l’entrée en formation et dans les 3 mois suivant la rentrée. Chaque année, de nombreux étudiants sont contraints de quitter leur établissement de formation, faute d’avoir trouvé un employeur à temps. De ce fait, il est essentiel d’anticiper les recherches. Pour ce faire, il ne faut pas hésiter à entreprendre les démarches nécessaires pour trouver un employeur dès le mois de janvier. La formation en alternance fait face à une forte demande. Dans certains établissements, les étudiants sont recrutés par le biais de tests et à travers différents entretiens, ce qui étend la période de sélection. Pour pouvoir signer un contrat d’apprentissage dans les temps, mieux vaut donc se renseigner sur les différents centres de formation et les potentiels employeurs dès janvier.

En revanche, le contrat de professionnalisation n’est pas soumis à une période clé, il est possible de s’engager à tout moment de l’année.

Pour résumer, l’orientation vers un contrat d’apprentissage ou un contrat de professionnalisation dépend de l’âge, du domaine d’étude, de la situation et de la qualification ou du diplôme visé.

Nous vous recommandons ces autres pages :