formation-alternance-1162 – Quels sont les frais d’alternance à la charge de l’étudiant selon son statut ?

Formation en alternance : l’étudiant doit-il payer des frais ?

La formation en alternance connaît un grand succès en France. Rien qu’en apprentissage, pas moins de 718 000 contrats ont été signés dans les entreprises privées et publiques en 2021, et ce, selon le ministère du Travail. Cela représente tout de même une progression de 37 % entre 2020 et 2021.

Toutefois, le financement d’une formation en alternance est encore mal connu auprès des jeunes. Beaucoup pensent que certaines formations s’avèrent inaccessibles en raison des coûts prohibitifs d’inscription et de fonctionnement. Pourtant, la majeure partie des frais de formation restent à la charge de l’entreprise employeuse.

Pour y voir plus clair, découvrons les frais dont l’étudiant en alternance doit s’acquitter et mettons en lumière quelques dispositifs pour l’aider dans son financement.

CODE_HTML_IMAGE_1 Quels sont les frais d'alternance à la charge de l'étudiant selon son statut ?-1

CODE_HTML_IMAGE_2 Quels sont les frais d'alternance à la charge de l'étudiant selon son statut ?-2

Des coûts de formation inexistants pour l’étudiant

En tant qu’apprenti ou alternant en contrat professionnel, l’étudiant n’a pas besoin de débourser quoique ce soit pour ses frais d’inscription à l’établissement scolaire. C’est donc une solution qui offre l’accès aux études à de nombreux jeunes, notamment à ceux susceptibles de ne pas pouvoir se le permettre en temps normal. En effet, une formation en alternance représente parfois un coût de plusieurs milliers d’euros.

L’alternance est financée par l’OPCO (Opérateur de compétences) dont dépend le futur employeur de l’étudiant. Chaque année, cet organisme reçoit des taxes obligatoires d’apprentissage et des contributions à la formation professionnelle de la part des entreprises privées. C’est ce mécanisme qui permet aux étudiants de recevoir une formation, sans avoir à débourser un centime de frais de formation. Toutefois, une partie des frais de matériels nécessaires à la formation restent à leur charge.

L’étudiant en alternance, un salarié à part entière de l’entreprise

Au même titre que n’importe quel salarié de l’entreprise, l’étudiant en alternance reçoit un salaire. Bien sûr, il ne s’élève pas au même niveau que celui des salariés les plus anciens et les plus expérimentés. La rémunération minimum se calcule selon un pourcentage du salaire minimum interprofessionnel de croissance (SMIC) brut. Toutefois, elle peut être supérieure au SMIC, si l’entreprise dépend d’une convention collective ou d’une branche professionnelle spécifique.

Le salaire diffère selon le type de contrat, l’âge, les diplômes préparés et l’année d’apprentissage. Il se situe entre 25 % et la totalité du SMIC brut. En contrat d’apprentissage, le salaire est exonéré des charges sociales, patronales et salariales. En revanche, les cotisations sociales sont redevables en contrat de professionnalisation (sauf les heures supplémentaires). Enfin, l’alternant ne paie pas d’impôt sur le revenu (dans la limite du SMIC). Au contraire, l’étudiant peut recevoir la prime pour l’emploi, versée aux travailleurs qui ont un faible revenu.

Bien sûr, l’employeur peut rémunérer le salarié en alternance au-delà du SMIC et le gratifier de primes exceptionnelles. L’étudiant touche également les avantages en vigueur dans l’entreprise, comme le 13e mois, les chèques vacances et les chèques déjeuners, la participation aux indemnités de transport et l’accès à une mutuelle.

Les frais réels de formation à la charge de l’étudiant

Les frais réels englobent toutes les dépenses qui permettent à l’étudiant de suivre sa formation en alternance. Cela inclut les frais d’inscriptions — à la charge de l’entreprise, mais également les frais de transport, le loyer ou la nourriture. Nombreux sont les étudiants qui doivent déménager, parfois à des centaines de kilomètres, pour se former en alternance. Cela représente un certain coût qu’il est possible d’atténuer avec des aides financières.

Frais de transport : les aides financières pour aider l’alternant

Comme évoqué plus haut, l’entreprise prend en charge une partie des frais de transport. Quelle que soit la distance entre le domicile et les lieux de travail et de formation, l’employeur participe à la moitié des frais d’abonnements aux transports publics. En revanche, l’entreprise n’est pas tenue de participer aux frais de carburant si l’étudiant se déplace en voiture.

En parallèle, une partie des frais de déplacement pour le travail ou la formation peuvent être pris en considération par le Conseil régional. Le montant des aides dépend donc des régions. De plus, la collectivité peut participer aux dépenses de matériels nécessaires à la formation. La demande s’effectue directement auprès du Conseil de la région.

Frais d’équipement : une aide financière de la part de l’OPCO

À travers le CFA, l’OPCO participe aux frais d’équipement des apprentis. Le forfait par étudiant s’évalue à 500 euros maximum. Ainsi, la majeure partie du prix d’une mallette de cuisine ou d’un ordinateur peut être financé par l’OPCO dont dépend l’entreprise.

Coût de la restauration : cantine et tickets restaurant

L’alternant en apprentissage ou en contrat de professionnalisation accède aux mêmes avantages que les autres salariés de l’entreprise. Il bénéficie de la cantine d’entreprise ou des tickets restaurant. Attention, l’étudiant en alternance participe à hauteur de 50 % de la valeur du ticket restaurant. L’OPCO, dont dépend l’entreprise, aide également sur les frais de restauration des étudiants, à hauteur de 3 € maximum par repas.

Les aides au logement en contrat d’apprentissage ou de professionnalisation

Les étudiants en alternance peuvent bénéficier de l’aide personnalisée au logement (APL), à condition d’entrer dans les critères de ressources. Si le CFA (centre de formation des apprentis) dispose d’un internat, l’étudiant peut recevoir une aide de 6 €/nuit de la part de l’OPCO dont dépend l’entreprise.

Les jeunes de moins de 30 ans peuvent monter un dossier auprès d’Action Logement pour percevoir l’aide Mobili-Jeune. Cette subvention donne jusqu’à 100 € par mois à l’étudiant pour lui faciliter l’accès au logement. La demande doit être déposée au maximum 6 mois après le début de la formation.

Action Logement propose également l’aide Mobili-Pass aux étudiants qui déménagent dans le cadre d’un contrat d’apprentissage. L’entreprise d’accueil doit toutefois employer au minimum 10 salariés. Il s’agit d’un prêt d’Action Logement pour soulager l’alternant des frais d’agence ou du paiement d’une chambre d’hôtel. L’aide peut grimper jusqu’à 3 500 € selon la zone géographique et le revenu fiscal de l’apprenti.

Enfin, le dispositif Visale aide également les moins de 30 ans dans leur recherche de logement. Cette branche d’Action logement délivre des prêts pour payer le dépôt de garantie exigée par le bailleur, et peut même se porter garant pour l’alternant. Il n’y a pas de frais de dossier ou d’intérêts demandés par l’organisme.

Les autres avantages financiers de la formation en alternance

Attention, l’apprenti ou l’alternant sous contrat professionnel est considéré comme un salarié de l’entreprise. Cela offre plusieurs avantages, mais certaines aides ne s’avèrent plus éligibles pour le nouveau salarié, comme les bourses d’études ou les allocations universitaires. Un certain nombre de dispositifs viennent toutefois les compenser.

La carte étudiant des métiers

Également appelée « carte d’apprenti », la carte étudiant des métiers offre aux jeunes en alternance des réductions ou des tarifs préférentiels sur une multitude d’activités, et ce, tout au long de leur formation. Événements culturels, loisirs, licences sportives, services de transports ou de restauration, la carte d’apprenti facilite l’accès à une vie sociale. La carte étudiant doit être demandée chaque année auprès de l’organisme de formation.

Par ailleurs, les conseils régionaux proposent parfois des « chèques culture » pour visiter un musée ou assister à des spectacles, voire des « tickets sport », pour participer au financement d’une licence.

Le financement du permis de conduire

Tout apprenti majeur peut recevoir une participation de 500 € pour s’inscrire au permis de conduire. L’aide s’obtient par l’intermédiaire du CFA (centre de formation des apprentis) où étudie l’apprenti. Ce dernier peut déposer un dossier complet à n’importe quel moment et tout au long de la durée du contrat d’apprentissage.

Nous vous recommandons ces autres pages :