SC-optimisation-logistique-125 – Quelles sont les solutions de transport au service de l’optimisation logistique ?

Optimisation logistique : 4 solutions pour mieux maîtriser les flux de transport

Le flux des transports symbolise un pan essentiel de la logistique. Celle-ci ne concerne pas simplement la distribution des produits finis aux clients, mais également l’approvisionnement des marchandises ou les déplacements lors du cycle de production. Aussi, il s’avère indispensable d’optimiser cette activité de la Supply Chain. Bon nombre de facteurs et de techniques se mettent au service de l’optimisation logistique. Le but vise en premier lieu à réduire les coûts et à accroître la satisfaction du client. Mais les problématiques environnementales et le bien-être du personnel s’avèrent aussi importants que les deux premiers facteurs. Voici 4 solutions qui permettent d’améliorer les flux de transport de sa logistique.

CODE_HTML_IMAGE_1 Quelles sont les solutions de transport au service de l'optimisation logistique ?-1

CODE_HTML_IMAGE_2 Quelles sont les solutions de transport au service de l'optimisation logistique ?-2

L’optimisation du plan de transport et de rotation

Le plan de transport et de rotation représente l’acheminement des marchandises d’un lieu à un autre, en maximisant l’utilisation des ressources humaines et matérielles. Un plan de transport concerne autant la livraison des produits finis aux clients que l’approvisionnement en matières premières et le déplacement des ressources d’un entrepôt à un autre.

Avec la démocratisation du commerce en ligne, il s’avère aujourd’hui indispensable d’optimiser le plan de transport. Le but ? Réduire le temps de livraison et les risques d’erreurs pour satisfaire le client, mais également réduire les coûts inhérents au transport. De plus, le fait d’optimiser le schéma de transport abaisse la consommation de carburant, ce qui se traduit par une baisse des émissions de carbone.

De puissants logiciels permettent aujourd’hui de collecter, puis analyser un nombre incalculable de données. Ce pour améliorer et mieux anticiper la méthode de livraison à un endroit donné, dans un délai annoncé et au meilleur tarif. Le système de gestion et d’automatisation TMS (Transport Management System) en est le parfait exemple. Un tel outil informatique permet d’optimiser l’utilisation des véhicules de livraison, avec par exemple une réduction significative des voyages à vide. Par ailleurs, il uniformise les décisions, ce qui facilite le travail humain.

Optimisation logistique : miser sur la massification

La massification logistique consiste à implanter une plateforme au niveau régional, afin d’optimiser le volume de chargement de produits. Cette méthode possède tous les avantages attendus d’une optimisation logistique.

  1. Réduction des coûts de transport logistique : les plans de transport prévoient un volume de chargement bien plus important. Ainsi, le taux de remplissage des véhicules atteint toujours les 100 % et permet de diversifier les moyens de transport.
  2. Réduction de l’empreinte carbone : un plus grand volume de chargement donne l’occasion d’emprunter des moyens de transport plus écologiques comme le train ou le bateau. 
  3. Réduction du temps de manutention, donc moins de risques d’endommager les produits. Par ailleurs, la massification entraîne une amélioration de la qualité de service, le personnel d’une plateforme régionale étant spécifiquement qualifié pour la préparation des commandes.
  4. Externalisation de la distribution des marchandises. L’entreprise délègue les phases de préparation de commande et de livraison à une société spécialisée, ce qui engendre une réduction des coûts de logistique.

Toutefois, le principe de massification se heurte à une contrainte d’emplacement. Pour bénéficier d’une réelle optimisation logistique, l’entrepôt ou la plateforme doit idéalement se situer, afin de limiter les allers et retours. À noter que la massification peut concerner une seule entreprise (comme une enseigne de grande distribution), ou bien contribuer à la mutualisation des coûts de transport. Par exemple, plusieurs constructeurs automobiles peuvent mutualiser l’acheminement de leurs véhicules vers une plateforme, cette dernière se chargeant d’alimenter tous les concessionnaires d’une région.

Une solution pour optimiser la logistique de transport : la dispersion

La dispersion est une méthode de distribution relativement simple, mais elle doit tenir compte de plusieurs paramètres pour s’avérer efficiente sur la Supply Chain. Le principe consiste à ajouter, voire à multiplier le nombre de livraisons lors d’une tournée habituelle entre deux points de distribution. La dispersion optimise ainsi les capacités de stockage d’un véhicule de fret et rationalise les coûts de livraison.

Cependant, la dispersion n’améliore la logistique qu’en tenant compte de certains facteurs : 

  • le surcoût engendré par la dispersion ne doit pas grappiller sur l’économie d’une course ;
  • la dispersion ne doit pas impacter les délais de livraison ;
  • la qualité de distribution doit rester la même ;
  • la dispersion ne doit pas entrer en contradiction avec le Code du travail et la RSE (Réglementation sociale européenne) sur le planning des chauffeurs ;
  • la capacité de chargement légale des véhicules de transport n’est pas dépassée.

La dispersion des flux de marchandises s’avère surtout avantageuse en fin de Supply Chain, lorsque les livraisons s’effectuent à plus large échelle. Sa mise en place se mesure minutieusement en amont à l’aide des logiciels d’optimisation de transports.

Intégrer la gestion du dernier kilomètre à son optimisation logistique

Les activités de e-commerce ont augmenté de manière exponentielle ces dernières décennies. Cela se traduit par un nombre toujours plus important de colis à livrer, alors que la satisfaction du client s’est également accrue. La forte concurrence et les délais de livraison qui se réduisent ont également amené à optimiser la logistique du dernier kilomètre.

Celui-ci se présente comme le dernier maillon de la Supply Chain. C’est également l’un des moments les plus critiques de la chaîne logistique, où plusieurs paramètres involontaires peuvent influer sur la qualité de la livraison. En effet, la gestion du dernier kilomètre peut se confronter à des embouteillages ou un accident, ce qui ralentit le rythme des livraisons journalières. Or, les retards dans les délais de livraison occasionnent une baisse de la satisfaction client et un surcoût inattendu (consommation de carburant supplémentaire, geste commercial, retours de colis, etc.). En définitive, l’image de marque de l’entreprise pâtit d’un dysfonctionnement lors du dernier kilomètre. Par ailleurs, le dernier kilomètre demeure celui qui génère le plus d’émissions de gaz à effet de serre.

La Supply Chain doit également faire face aux problématiques liées au réchauffement climatique, ainsi qu’aux législations qui en découlent : circulation alternée, zone de circulation interdite en centre-ville, etc. Tous ces paramètres entraînent mathématiquement une hausse des coûts de livraison.

Plusieurs solutions permettent d’optimiser le dernier kilomètre d’une livraison.

  1. Implanter l’entrepôt à proximité des points de livraison, de manière à limiter les distances à parcourir.
  2. Automatiser la planification des tournées au sein de la Supply Chain. Un logiciel collecte les flux d’informations collectées (adresse du client, type de marchandise, délai de livraison, conditions de circulation, etc.) et dispatche les colis par secteur, heure de livraison, taux de remplissage du camion, etc.
  3. Multiplier les modes de livraison constitue l’une des meilleures manières de diminuer les coûts du dernier kilomètre. Ainsi, le click & collect connaît un grand succès depuis la crise sanitaire. Les modes de déplacement doux comme le vélo, le passage au biocarburant ou la piste de la livraison par drone sont également à explorer.
  4. Mutualiser sa logistique en partageant le stockage, la gestion des flux et les véhicules de transports avec d’autres entreprises. Cela optimise le taux de remplissage des véhicules et réduit les coûts, ainsi que l’empreinte carbone.
  5. Fournir en temps réel un suivi de livraison aux consommateurs. Certains suivis indiquent même le nombre de livraisons restant avant que le client ne reçoive son colis. Une manière pour lui de mieux comprendre le déroulement de la livraison et de limiter son insatisfaction.

Les flux de transport symbolisent l’un des pans de la Supply Chain où l’optimisation logistique fourmille le plus. Tant mieux, car les flux de transport émettent une grande partie de la pollution du secteur logistique. 

Nous vous recommandons ces autres pages :