renovation-energetique-117 – Quelles sont les aides de la rénovation énergétique ?

Travaux de rénovation énergétique : quelles sont les aides existantes ?

Afin de réduire les émissions de carbone et d’encourager tous les particuliers à entreprendre des travaux de rénovation énergétique, l’État rend certaines évolutions éligibles à des aides.

Avant toute chose, il est important de comprendre les enjeux de la rénovation énergétique et les travaux qui s’inscrivent dans cette démarche. Nombreux sont les biens immobiliers qui engendrent de fortes pertes d’énergie. En effet, un logement mal isolé, au système de chauffage désuet, aux fenêtres vieillissantes, aux murs et aux toits qui manquent d’étanchéité, est concerné par cette transition énergétique. Afin d’encourager la rénovation des habitations qui consomment bien trop d’énergie, des aides accessibles à tous permettent de soutenir financièrement les particuliers et de faciliter l’accès à ces travaux. Quelles aides existent ? Quelles conditions faut-il remplir pour bénéficier de ces aides ? Zoom sur les différentes aides disponibles dans le cadre d’une rénovation énergétique.

CODE_HTML_IMAGE_1 Quelles sont les aides de la rénovation énergétique ?-1

CODE_HTML_IMAGE_2 Quelles sont les aides de la rénovation énergétique ?-2

Certificats d’Économie d’Énergie (CEE)

Dans un premier temps : zoom sur le dispositif CEE. Mis en place par l’État en 2006, l’objectif premier de ce dispositif est de réduire la consommation d’énergie des logements et donc de limiter les émissions de gaz à effet de serre. Dans le cadre de travaux de rénovation, cette aide encourage les propriétaires à acheter des équipements peu énergivores, qui permettent de réduire la consommation d’énergie du logement.

Ces CEE sont donc délivrés aux particuliers qui font évoluer leur logement dans un souci de réduction de consommation énergétique. Cette aide est une solution de financement qui permet aux plus modestes d’envisager plus aisément un chantier de rénovation. Mais comment s’obtient-elle ?

Le Ministère de la Transition Écologique et Solidaire (MTES) soumet l’attribution de ces certificats à quelques conditions. En effet, il est essentiel que les travaux réalisés répondent aux attentes de ce dispositif pour être éligibles aux aides existantes. Pour ce faire, il faut impérativement que le ou les travaux de rénovation soient réalisés par des professionnels certifiés Reconnus Garants de l’Environnement (RGE).   

Prime énergie EDF

Il existe une autre aide intéressante, qu’il est possible de percevoir lorsqu’il est question d’améliorer les performances énergétiques de son bien immobilier : zoom sur la prime énergie EDF.

Tout comme le dispositif CEE, la prime énergie EDF s’inscrit dans une démarche encouragée par l’État qui incite les particuliers à concrétiser leurs travaux de rénovation énergétique. Mais comment cette prime fonctionne-t-elle ?

Tout d’abord, le montant de cette dernière est fixé en fonction des travaux réalisés, du lieu de l’habitation, des ressources du ménage, des caractéristiques du logement et de la date de signature du devis. Une fois le dossier validé, la prime est très rapidement versée (dans un délai d’un mois), par chèque.

Pour estimer le montant de la prime, il est possible et conseillé d’utiliser le simulateur EDF. En effet, ce dernier s’adapte à chaque situation, et soumet ainsi une estimation du montant de l’aide en fonction des informations renseignées. Il est de ce fait possible d’envisager plus sérieusement des travaux de rénovation, voire de les planifier rapidement.

Toutefois, comme toute aide, la prime énergie est soumise à des réglementations strictes. Le non-respect de ces exigences entraînerait un refus d’attribution.

Quelles conditions faut-il remplir ?

  1. Être inscrit sur le site prime-ernegie-edf.fr.
  2. Faire appel à une entreprise RGE.
  3. Les nouveaux équipements doivent respecter la réglementation des dispositifs CEE.
  4. Dans le cas de travaux réalisés par une entreprise sous-traitante, les informations de celle-ci doivent impérativement apparaître sur le devis soumis à EDF.
  5. Le devis doit être daté et signé à la main.

Quels critères sont pris en compte pour estimer le montant de la prime ?

Tout comme le dispositif CEE, le montant varie en fonction des caractéristiques du logement, de sa situation géographique, des revenus du foyer, mais aussi du type de travaux envisagés.

MaPrimeRénov’

Anciennement connue sous le nom de CITE, MaPrimeRénov’ a fait son apparition le 1er janvier 2020. Cette aide permet à tous les particuliers d’améliorer leur qualité de vie et de bénéficier d’une habitation qui contribue moins au réchauffement de la planète. Zoom sur MaPrimeRénov.

Principale aide proposée par l’État, MaPrimeRénov’ concerne toute personne qui possède un logement privé ou une habitation située en copropriété. Cependant, comme toute aide, cette dernière repose sur certains critères d’éligibilité qui rendent son montant variable. Toutefois, dans un ménage aux revenus trop élevés et selon le type de travaux, cette aide peut être refusée.

MaPrimeRénov’ est un dispositif créé pour financer en partie les divers travaux et changements qui tendent à réduire la consommation d’énergie d’un foyer et à limiter de ce fait son impact sur l’environnement. En effet, des travaux d’isolation, un changement du système de chauffage, le remplacement des menuiseries ou un chantier de rénovation de la ventilation sont des évolutions qui répondent pleinement aux attentes de MaPrimeRénov’. Plus le type d’équipement choisi est performant, plus l’aide est conséquente. Ce montant progressif concerne également les foyers aux faibles revenus. Ainsi, les personnes à revenus modestes peuvent percevoir une prime plus élevée, et réduire leur facture de chauffage.

Pour répondre aux critères d’éligibilité de MaPriveRénov’, il faut impérativement :

  • faire appel à une entreprise RGE ;
  • être propriétaire d’un logement bâti au minimum 15 ans auparavant.

Néanmoins, les propriétaires d’un logement construit entre 2 et 15 ans font exception, dans le cas où il est question de remplacer une chaudière au fioul au profit d’un système de chauffage récent.

Installation d’une pompe à chaleur

La pompe à chaleur est un équipement qui s’invite aussi bien sur des chantiers de rénovation que de construction. En effet, cette dernière répond parfaitement au besoin de limiter notre impact environnemental. Toutefois, notons que certains types de pompes à chaleur font plutôt office de chauffage d’appoint ou de climatisation. Dans ce cas, celles-ci ne répondent pas aux critères d’éligibilité des aides à la rénovation énergétique. Zoom sur les aides pour l’installation d’une pompe à chaleur.

Après s’être assuré de bien faire appel au savoir-faire d’un professionnel certifié RGE, les aides percevables sont :

  • les primes du dispositif CEE ;
  • l’écoprêt à taux zéro (éco-PTZ) ;
  • MaPrimeRénov’ ;
  • MaPrimeRénov’ sérénité ;
  • le chèque énergie ;
  • la réduction d’impôts ;
  • la TVA à taux réduit ;
  • l’exonération de taxe foncière ;
  • les aides des collectivités locales.

Pour résumer, nombreuses sont les aides qu’il est possible de percevoir dans le cadre d’une rénovation énergétique. Cependant, il faut impérativement faire appel à un professionnel certifié RGE et répondre à certains critères d’éligibilité pour voir un projet en partie financé. Il est par ailleurs bon de savoir que certaines aides peuvent être cumulables et permettent ainsi de percevoir un financement au montant encore plus intéressant. Notons également que la plupart des travaux de rénovation énergétique sont concernés par ces aides (menuiserie, isolation, système de chauffage, etc.). Grâce à l’existence de ces participations financières et à la réalisation de ces travaux de rénovation, les particuliers se réjouissent de réaliser de réelles économies énergétiques et financières. De plus, la planète est ainsi mieux préservée.

Nous vous recommandons ces autres pages :