supply-chain-1422 – Comment améliorer ses performances grâce à une bonne logistique ?

L’optimisation de la logistique au service des performances de l’entreprise

Concurrence intensive, internationalisation et mondialisation des marchés, perturbations de l’environnement économique et des habitudes de consommation : tels sont les nombreux défis auxquels les entreprises sont aujourd’hui confrontées. S’ajouteront par la suite les défis de demain. Il ne fait nul doute que seules les entreprises les plus performantes peuvent survivre dans un tel contexte. Mais, qu’est-ce que la performance si ce n’est une notion polysémique, complexe et variable selon le contexte ?

L’approche organisationnelle définit la performance comme la mesure du niveau des résultats atteints au regard des efforts et des ressources fournis pour y parvenir. Ainsi, les entreprises ne doivent plus seulement « faire du chiffre d’affaires », elles doivent être compétitives. 

Qu’est-ce que la compétitivité ? Quelles sont les composantes de la logistique concernées ? Comment optimiser ses performances par le biais des processus logistiques ? Nous tentons de répondre à ces questionnements.

CODE_HTML_IMAGE_1 Comment améliorer ses performances grâce à une bonne logistique ?-1

CODE_HTML_IMAGE_2 Comment améliorer ses performances grâce à une bonne logistique ?-2

La compétitivité d’une entreprise : un subtil mélange entre rentabilité et qualité de service

Qu’est-ce qui fait qu’une entreprise « marche » ? La réponse semble évidente, sa mise en application l’est moins. Pour qu’une entreprise prospère, elle doit attirer des clients et les fidéliser. Par conséquent, la satisfaction client est une dimension essentielle à prendre en compte dans l’amélioration de ses performances. En d’autres termes, l’entreprise doit s’assurer de sa qualité de service. 

Mais, ce n’est pas tout. La proposition d’un haut niveau de qualité de service est une bonne chose, à condition que les prix pratiqués demeurent dans une zone d’acceptabilité pour les clients. Il n’est pas rare de constater que certains clients préfèrent payer le prix cher pour s’assurer de leur satisfaction, comme c’est le cas dans le secteur du luxe, mais ce constat n’est pas universel. 

La découverte de ce juste milieu est bien ce qui est le plus complexe pour les entreprises, notamment avec le mode de consommation actuel. Les clients ne veulent plus attendre pour recevoir leurs commandes, préfèrent les livraisons gratuites, veulent pouvoir procéder au retour des articles s’ils ne sont pas satisfaits, etc. Et tout cela représente d’importants coûts pour les entreprises, sans parler des opérations supplémentaires à intégrer dans la chaîne logistique.

L’amélioration des performances doit donc intégrer ces deux notions : la satisfaction des clients et la rentabilité de l’entreprise. Ainsi, l’optimisation de la logistique vise la réduction des délais et des coûts de revient.

L’amélioration des performances : une échelle multidimensionnelle et plurifactorielle

La logistique correspond à l’ensemble des processus intervenant dans la gestion des flux physiques, allant du transport des matières premières depuis le fournisseur du fournisseur jusqu’à la livraison en point de vente ou chez le client final. La gestion des retours et le service après-vente s’intègrent à la logistique, mais représentent une gestion spécifique. 

Ainsi, la recherche d’amélioration des performances d’une entreprise grâce à une meilleure gestion de la logistique ne peut se résumer à la simple optimisation d’un unique maillon de la chaîne. En effet, quel serait l’impact sur les délais ou les coûts si l’entreprise se contentait d’optimiser uniquement l’étape de préparation des commandes, par exemple ? Les gains seraient si minimes qu’ils seraient imperceptibles pour l’entreprise, mais également pour les clients. En revanche, leur cumul serait perceptible et efficace.

Il s’agit de la raison pour laquelle l’amélioration des performances impose de mettre à plat l’ensemble des processus de la chaîne logistique, dont :

  • la gestion des achats et de l’approvisionnement, pour disposer de tous les produits ou services indispensables à l’activité en quantité suffisante, au meilleur prix et au moment opportun ;
  • la gestion des quais de chargement et de déchargement des camions, pour réduire les délais de réception, d’expédition, de stockage ou encore de disponibilité des produits ;
  • la gestion des stocks et de l’entrepôt, pour réduire les délais de disponibilité des produits (rupture de stock par exemple) ainsi que les coûts liés à l’entreposage (dépense principale de la chaîne logistique) ;
  • la gestion du transport, pour réduire les distances parcourues, et donc les délais, mais aussi les coûts inhérents ;
  • la gestion de la production, pour optimiser la planification et l’ordonnancement de la fabrication ;
  • la gestion de la préparation des commandes (picking), pour réduire les temps inutiles, comme le temps de déplacement, de retrait du stock ou les erreurs de préparation, et par conséquent le coût de main-d’œuvre ;
  • la gestion des expéditions ou des livraisons, pour réduire les formalités (liste de colisage, bons de commande ou de livraison, formalités douanières, etc.).

Cette liste est loin d’être exhaustive, d’autant plus que nous n’avons pas décliné l’intégralité des composantes de chaque maillon de la chaîne logistique tant elles sont nombreuses. 

L’optimisation de la gestion logistique : une vision globale des composantes de l’entreprise

Échelle multidimensionnelle, disions-nous, ce qui précède en est un bel exemple. Néanmoins, l’amélioration des performances ne s’arrête pas à l’optimisation de la chaîne logistique, qui ne représente qu’un volet de la Supply Chain. Les autres volets de la Supply Chain (flux financiers et flux d’informations) méritent donc d’être pris en compte. 

Par exemple, comment optimiser les performances d’une entreprise sans considérer la gestion des ressources humaines (RH) pour avoir les bonnes personnes (ou les compétences) au bon endroit et au bon moment ? La gestion des ressources humaines est également un levier de performance par son implication dans la GPEC (gestion prévisionnelle des emplois et des compétences), la formation professionnelle ou encore dans la politique des salaires. Les RH œuvrent au maintien des compétences nécessaires, à la motivation, à la fidélisation et à la sécurité de la force de travail de l’entreprise.

La question initiale posée « Qu’est-ce qui fait qu’une entreprise est performante ? » trouve donc sa réponse dans l’ensemble des éléments mentionnés jusqu’ici. Comme nous le disions, la mise en application de l’amélioration des performances d’une entreprise est un sujet complexe. Elle nécessite donc une vision globale de la Supply Chain de l’entreprise et pas seulement de la chaîne logistique. L’intérêt est de prendre en compte chaque pan de l’entreprise permettant de réduire les coûts et les délais de production (au sens large du terme).

C’est pourquoi l’utilisation d’un logiciel adapté ne constitue plus une option dans la mise en œuvre d’un tel projet de refonte des processus, mais une nécessité. Fort heureusement, les éditeurs de logiciels ont conscience des enjeux auxquels sont confrontées les entreprises et les solutions informatiques proposées sur le marché se veulent complètes. 

Il s’agit de plateformes collaboratives intégrant chaque maillon de la chaîne logistique (entrepôt, stockage, transport, production, préparation et expédition des commandes) dans une seule solution. En outre, l’ajout de modules complémentaires permet d’intégrer de nombreuses composantes supplémentaires (comme les ressources humaines, la comptabilité, la recherche et le développement, etc.).

Mais, plus qu’une simple vue d’ensemble, ce type de logiciel facilite la communication en temps réel entre les services internes de l’entreprise. Par exemple, le service achats peut analyser les besoins de chaque service pour regrouper au mieux les commandes. Les gains sont exponentiels, avec : 

  • la réduction des délais d’approvisionnement ;
  • l’allègement des formalités nécessaires ;
  • l’abaissement des frais de livraison ;
  • la négociation des tarifs fournisseurs selon le volume ;
  • etc.

Enfin, les logiciels de gestion logistique permettent d’automatiser les tâches récurrentes, chronophages et sans réelle plus-value, comme l’envoi de documents grâce au flux EDI (échange de données informatisé). La communication entre l’entreprise et son environnement direct (fournisseurs, prestataires, clients, organismes sociaux ou institutionnels, etc.) est ainsi facilitée, plus rapide et moins coûteuse.

La logistique est une thématique des plus intéressantes du fait de sa complexité et son caractère multidimensionnel. L’individualité des actions ne doit pas être la règle, car il s’agit d’un système de fonctionnement dans lequel chaque action, aussi minime soit-elle, peut avoir d’énormes répercutions sur l’activité de l’ensemble des acteurs. La logistique peut être comparée à un savant mécanisme d’horlogerie, subtil mélange d’un savoir-faire artisanal et d’une précision quasi chirurgicale, garants du temps.

Nous vous recommandons ces autres pages :