prismes-cotton-23 – Quelles sont les origines de la chemise col Mao (des chemises à col court sans pointes) ?

Les origines de la chemise col Mao, ou col mandarin

La chemise pour homme fait partie de toutes les garde-robes masculines. Pour varier les plaisirs selon l’époque de l’année, elle se décline en de nombreuses matières : en coton, en lin, en jean, etc. En outre, chaque type de chemise apporte un style vestimentaire différent, comme la chemise de ville aux couleurs sobres et aux tons neutres, particulièrement adaptée au milieu professionnel.

Néanmoins, la chemise n’est plus un vêtement réservé aux grandes occasions ou au travail. Il est désormais possible d’obtenir un look décontracté et chic grâce à certains modèles, comme la chemise col Mao, ou en fonction de la manière dont la chemise est portée (col ouvert, avec un jean, etc.).

Mais, pour les hommes qui recherchent une pointe d’originalité supplémentaire et une touche d’exotisme, tout en conservant une tenue chic et un style casual, nous recommandons la chemise col Mao. Zoom sur les origines de ce type de col arrondi caractéristique.

Col de vêtement : l’origine de cette tradition

Avant même d’aborder les origines du col chinois, caractéristique de la chemise Mao, faisons un focus sur le port de vêtement à col, tel que les chemises. En effet, ce morceau de tissu présent sur les chemises pour hommes est avant tout une histoire de tradition. Et cette tradition explique les raisons pour lesquelles la chemise se veut être un vêtement chic et élégant.

À son origine, au 15e siècle, le col de chemise est réservé aux ecclésiastiques. Il est alors le symbole de la simplicité et de la pureté divine. Puis, peu à peu, et durant toute la période de la Renaissance, les intellectuels et hommes lettrés d’abord, puis les nobles ensuite, se mettent à porter la chemise à col. La chemise pour homme devient finalement un vêtement de luxe :

  • ajout d’ornements en dentelles fines ;
  • ajout de ruban ou de bijoux en or ;
  • association avec le port de la cravate et le nœud papillon ;
  • choix de tissus particulièrement nobles, comme le lin ;
  • etc.

Comme tout phénomène de mode, la chemise à col devient populaire et s’étend à un plus grand nombre d’amateurs. Elle devient donc quasi obligatoire dans le milieu professionnel du 19e siècle. C’est la naissance du fameux “costume-cravate”, vêtement symbolisant la classe et l’élégance.

Chemise col Mao, mandarin ou chinois : l’origine du col droit

Le col Mao est un col droit simple qui monte le long du cou et sans aucun pli. Contrairement aux modèles classiques, que sont la chemise à col français et le col italien, le pied de col Mao ne possède pas de rabats, mais des coins arrondis. Il s’agit donc d’un col court sans pointes, qui se porte légèrement ouvert.

Si la chemise col Mao nous fait penser au nom du chef militaire chinois Mao Zedong, c’est parce le col Mao a effectivement une origine asiatique. Ce type de col s’inspire directement du vêtement féminin chinois, le gipao, alors réservé aux nobles et aux courtisanes du roi. Il s’agit de la longue robe chinoise traditionnelle avec un col scindé, également appelé col mandarin, le prédécesseur du col Mao.

Le col mandarin ne date donc pas d’hier, mais du 3e siècle avant notre ère. Néanmoins, sa popularité est assez récente. En effet, c’est dans les années 1950 que le col chinois commence à faire parler de lui, car il est très souvent porté par Mao Zedong, dirigeant de la République Populaire de Chine. C’est d’ailleurs à cela qu’il doit son appellation “col Mao”, appellation qui a suscité de nombreuses controverses en raison des divergences d’opinions sur la politique menée par Mao Zedong.

Les circonstances de son arrivée en France dans les années 1980 ont largement fait parler du col chinois, ce qui a participé à sa popularité. Pour la petite anecdote, l’attrait de Jack Lang, ministre de la Culture de l’époque, pour le col Mao n’a pas fait l’unanimité auprès de la classe politique. Ainsi, Jack Lang a suscité nombre de débats lorsqu’il a choisi de délaisser le port de la cravate (obligatoire) et le col français, au profit d’une chemise col Mao, dans le cadre d’une réunion à l’Assemblée nationale en 1981.

Néanmoins, ces querelles n’ont en rien entaché l’intérêt des hommes pour ce type de col de chemise à la pointe d’originalité si particulière. D’ailleurs, le monde du prêt-à-porter, et notamment Pierre Cardin, a su saisir l’occasion de lancer un nouveau phénomène de mode.

Chemise pour homme col Mao ou officier : la grande mode

La chemise col Mao est aujourd’hui l’un des vêtements les plus courants dans les garde-robes masculines. Il se veut agréable à porter et polyvalent en matière de style. Malgré le côté décontracté, simple et moderne apporté par ce col arrondi, il n’en est pas moins synonyme de chic et d’élégance. Il peut donc se porter à de nombreuses occasions :

  • chemise col Mao associée à une veste en cuir pour un look casual idéal en soirée avec des amis ou à un rendez-vous galant ;
  • chemise col Mao en flanelle pour une allure chic et décontractée lors d’un mariage ;
  • chemise col Mao en lin aux couleurs sombres et aux tons neutres pour un côté élégant et formel lors d’un rendez-vous professionnel.

Ainsi, la chemise col Mao s’associe à tous les tissus et peut être assortie à tous les styles vestimentaires. Cette particularité et le côté simple, moderne et élégant du col Mao ont été repris et adaptés à d’autres vêtements, comme la veste à col Mao ou la veste de costume à col Mao.

Enfin, il est courant de parler de col Mao ou de col officier. Même s’il ne s’agit pas tout à fait du même type de col, leur ressemblance est en effet frappante. La seule différence entre ses deux cols porte sur la fermeture du col de chemise. Contrairement au col chinois, le col officier (hérité des uniformes militaires du 18e siècle) possède deux pans qui se chevauchent et fermés par un bouton. Le col officier étant de tradition européenne, il se veut plus facile à porter que son cousin d’origine asiatique.

Chemise pour homme à col français, col italien, col Nehru (indien), col Mao, etc., le prêt-à-porter traverse les frontières pour apporter une touche d’exotisme et une pointe d’élégance aux garde-robes masculines.