supplychaininfo.eu-prisme-07 – Comment bien gérer ses stocks pour optimiser sa Supply Chain ? 

Quelles sont les bonnes pratiques de gestion des stocks à adopter pour optimiser sa Supply Chain ?

L’optimisation logistique d’une entreprise repose en partie sur une bonne gestion de ses stocks. En effet, outre la gestion des achats en amont et la gestion des livraisons ensuite, la gestion des stocks est essentielle pour réussir à optimiser toute la Supply Chain d’une entreprise.

Adopter de bonnes pratiques pour sa gestion des stocks permet notamment d’améliorer ses process, de faire des économies, mais aussi d’améliorer la satisfaction client. 

Mais alors quelles sont ces bonnes pratiques de gestion des stocks à appliquer à sa Supply Chain pour l’optimiser ? On fait le point.

En quoi consiste la gestion des stocks en logistique ?

Avant d’évoquer les différentes façons d’améliorer la gestion des stocks d’une entreprise, il convient de comprendre en quoi elle consiste précisément.

La gestion des stocks fait référence au suivi des quantités de marchandises dans un entrepôt ou un magasin. Elle se décompose en différents volets :

  • la gestion des mouvements d’entrée et de sorties des marchandises ;
  • la gestion des réapprovisionnements ;
  • la gestion des fiches article.

La gestion des stocks peut être réalisée par un magasinier pour le premier volet ou un gestionnaire des stocks pour les deux autres volets.

Bon à savoir : les stocks dont il est ici question peuvent être des matières premières, des produits intermédiaires ou des produits finis.

Ainsi, le rôle de la gestion des stocks dans la chaîne logistique est de maîtriser les flux de marchandises entrants et sortants, tout comme de garantir la disponibilité des produits sans pour autant risquer le surstockage ou le gaspillage qui engendre des frais importants.

Les risques liés à une mauvaise gestion des stocks

Pour bien comprendre pourquoi il est important d’appliquer de bonnes pratiques de gestion des stocks à sa Supply Chain, il faut également évoquer les risques engendrés par une mauvaise gestion des stocks.

Un entrepôt mal géré et mal organisé peut notamment conduire à :

  • des pertes de marchandises ;
  • des retards de livraison ;
  • des accidents de travail ;
  • un besoin plus important en main-d’œuvre.

Au final, c’est toute la compétitivité de l’entreprise qui est mise à mal si la gestion des stocks n’est pas bien maîtrisée. Or, il est nécessaire de trouver un juste milieu entre le surstockage et le sous-stockage. Le sous-stockage conduit inévitablement à des retards de préparation et de livraison, mais le surstockage induit un risque de gaspillage et des dépenses supplémentaires, puisque l’entreprise doit posséder un espace de stockage plus grand. Il peut également être plus long de rechercher les marchandises.

Gestions des stocks : les bonnes pratiques

Ainsi, il est nécessaire d’adopter de bonnes pratiques pour réussir à trouver le bon équilibre et améliorer la gestion des stocks de l’entreprise. Voici quelques conseils pour y parvenir.

Un espace de stockage bien organisé

Il est tout d’abord impératif de bien ordonner l’entrepôt ou tout type d’espace de stockage des marchandises. L’organisation doit notamment permettre aux articles d’être facilement identifiables, pour gagner du temps lors de la préparation de commande et éviter les dépenses liées à la perte de productivité.

Plusieurs techniques existent pour mieux organiser un entrepôt. Il est notamment possible d’opter pour le slotting, qui consiste à attribuer un emplacement idéal à une marchandise dans l’espace de stockage, et ce, pour favoriser sa réception, son réapprovisionnement et la préparation de commandes.

Des produits avec la bonne dénomination et le bon étiquetage

Pour mieux organiser ses stocks, une entreprise a tout intérêt à utiliser des dénominations claires, et notamment une identification unique, essentielle pour mieux repérer les articles. Les caractères et les chiffres utilisés pour le codage d’un article doivent avoir une signification. Ainsi, chaque caractère ou ensemble de caractères doit se référer à une catégorie spécifique.

Que ce soit pour l’inventaire ou pour la préparation de commande, la dénomination de la marchandise permet de gagner du temps en repérant en très peu de temps l’emplacement de chaque article.

La dénomination des produits va de pair avec leur étiquetage. La dénomination doit ainsi figurer sur les étiquettes pour que les informations clés de chaque article puissent être identifiées rapidement. Ainsi, un produit bien étiqueté doit fournir certaines données, comme la présence de matières dangereuses ou encore la date d’expiration.

Opter pour la meilleure méthode de réapprovisionnement en fonction de son activité

En ce qui concerne le volet de gestion des stocks relatif au réapprovisionnement, il est important d’opter pour une méthode adaptée à l’activité de son entreprise. Il existe en effet différentes méthodes qui peuvent être utilisées pour le réapprovisionnement des stocks : 

  • la méthode calendaire ;
  • la méthode à point de commande ;
  • la méthode de recomplètement ;
  • la méthode de réapprovisionnement à la commande.

En ce qui concerne la méthode calendaire, il s’agit de commander les marchandises en quantité fixe et à date fixe. Cette méthode est idéale pour les entreprises qui ne connaissent que de très faibles fluctuations d’activité.

La méthode à point de commande consiste quant à elle à réaliser le réapprovisionnement à date variable, en se fiant à des seuils de stock minimum préalablement fixés. Lorsque la quantité du produit atteint le seuil, le réapprovisionnement est alors initié.

Pour ce qui est de la méthode de recomplètement, le réapprovisionnement est réalisé à date fixe, mais la quantité est quant à elle variable et décidée en fonction du nombre de commandes précédentes. Cette méthode est utilisée par les entreprises disposant d’une demande régulière, mais en lien avec des produits périssables ou coûteux.

Enfin, la méthode de réapprovisionnement à la commande permet de s’adapter à des commandes variables pour les entreprises soumises à des périodes de saisonnalité. La méthode consiste en effet à réapprovisionner les stocks en quantité variable et à data variable en fonction des commandes.

Logiciels de gestion des stocks : des supports précieux

Dernier conseil pour adopter une meilleure gestion des stocks au sein de sa Supply Chain : utiliser des logiciels de type WMS (Warehouse Management System).

Les tableaux Excel ne sont bien souvent pas suffisants. Les logiciels appliqués à la gestion des stocks permettent de faciliter grandement le travail du gestionnaire tout en automatisant certaines tâches. Cela permet alors de gagner un temps précieux.